Plus d’alcool, moins de cerveau : L’association commence avec une moyenne d’un seul verre par jour


Selon une nouvelle étude, même une consommation légère à modérée d’alcool est associée à des dommages pour le cerveau. Les chercheurs ont analysé les données de plus de 36 000 adultes et ont découvert un lien entre la consommation d’alcool et la réduction du volume du cerveau qui commence à un niveau de consommation moyen de moins d’une unité d’alcool par jour – l’équivalent d’environ une demi-bière – et qui augmente avec chaque verre supplémentaire.

La recherche, qui s’appuie sur un ensemble de données concernant plus de 36 000 adultes, a révélé que le passage d’un à deux verres par jour était lié à des changements dans le cerveau équivalant à un vieillissement de deux ans. Une consommation d’alcool plus importante était associée à un bilan encore plus lourd. La science sur la consommation excessive d’alcool et le cerveau est claire : les deux n’ont pas une relation saine. Les personnes qui boivent beaucoup présentent des altérations de la structure et de la taille du cerveau qui sont associées à des déficiences cognitives.

Mais selon une nouvelle étude, la consommation d’alcool, même à des niveaux que la plupart des gens considèrent comme modestes – quelques bières ou verres de vin par semaine – peut également comporter des risques pour le cerveau. Une analyse des données de plus de 36 000 adultes, menée par une équipe de l’université de Pennsylvanie, a révélé que la consommation légère à modérée d’alcool était associée à une réduction du volume global du cerveau.

Les chercheurs ont montré que ce lien était d’autant plus fort que le niveau de consommation d’alcool était élevé. À titre d’exemple, chez les personnes âgées de 50 ans, lorsque la consommation moyenne d’alcool passe d’une unité d’alcool (environ un demi-bière) par jour à deux unités (une pinte de bière ou un verre de vin), on observe des changements associés dans le cerveau équivalant à un vieillissement de deux ans. Passer de deux à trois unités d’alcool au même âge revenait à vieillir de trois ans et demi. L’équipe a présenté ses conclusions dans la revue Nature Communications.

“Le fait que nous disposions d’un échantillon d’une telle taille nous permet de trouver des modèles subtils, même entre la consommation de l’équivalent d’une demi-bière et d’une bière par jour”, explique Gideon Nave, auteur correspondant de l’étude et membre du corps enseignant de la Wharton School de Penn. Il a collaboré avec Remi Daviet, ancien post-doctorant et co-auteur correspondant, actuellement à l’université du Wisconsin-Madison, et avec ses collègues de la Perelman School of Medicine, Reagan Wetherill – également auteur correspondant de l’étude – et Henry Kranzler, ainsi qu’avec d’autres chercheurs.

“Ces résultats contrastent avec les directives scientifiques et gouvernementales sur les limites de consommation d’alcool sans danger”, explique Henry Kranzler, qui dirige le Penn Center for Studies of Addiction. “Par exemple, bien que le National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism recommande aux femmes de ne pas consommer plus d’un verre par jour en moyenne, les limites recommandées pour les hommes sont deux fois plus élevées, une quantité qui dépasse le niveau de consommation associé dans l’étude à une diminution du volume cérébral.”

De nombreuses recherches ont examiné le lien entre la consommation d’alcool et la santé du cerveau, avec des résultats ambigus. S’il existe des preuves solides que la consommation excessive d’alcool entraîne des modifications de la structure cérébrale, notamment une forte réduction de la matière grise et de la matière blanche dans le cerveau, d’autres études ont suggéré que des niveaux modérés de consommation d’alcool pourraient ne pas avoir d’impact, ou même qu’une consommation légère d’alcool pourrait être bénéfique pour le cerveau des personnes âgées.

Ces études antérieures ne bénéficiaient toutefois pas de la puissance des grands ensembles de données. L’exploration de quantités massives de données à la recherche de modèles est la spécialité de Nave, Daviet et de leurs collègues, qui ont mené des études antérieures en utilisant la UK Biobank, un ensemble de données contenant des informations génétiques et médicales provenant d’un demi-million d’adultes britanniques d’âge moyen et plus âgés. Ils ont utilisé les données biomédicales de cette ressource dans l’étude actuelle, en examinant plus particulièrement les IRM cérébrales de plus de 36 000 adultes de la Biobanque, qui peuvent être utilisées pour calculer le volume de matière blanche et grise dans différentes régions du cerveau.

“Avoir cet ensemble de données, c’est comme avoir un microscope ou un télescope avec une lentille plus puissante”, explique Nave. “Vous obtenez une meilleure résolution et commencez à voir des modèles et des associations que vous ne pouviez pas voir auparavant.”

Pour mieux comprendre les liens possibles entre la consommation d’alcool et le cerveau, il était essentiel de contrôler les variables confusionnelles susceptibles de brouiller la relation. L’équipe a tenu compte de l’âge, de la taille, du type de main, du sexe, du tabagisme, du statut socio-économique, de l’ascendance génétique et du comté de résidence. Elle a également corrigé les données relatives au volume cérébral en fonction de la taille globale de la tête.

Les participants volontaires de la Biobanque avaient répondu à des questions sur leur niveau de consommation d’alcool, allant de l’abstention totale à une moyenne de quatre unités d’alcool ou plus par jour. Lorsque les chercheurs ont regroupé les participants en fonction de leur niveau de consommation moyen, une tendance légère mais apparente est apparue : Le volume de matière grise et de matière blanche qui aurait pu être prédit par les autres caractéristiques de l’individu était réduit.

Passer de zéro à une unité d’alcool n’a pas fait une grande différence dans le volume du cerveau, mais passer de une à deux ou de deux à trois unités par jour a été associé à des réductions de la matière grise et de la matière blanche.

“Ce n’est pas linéaire”, dit Daviet. “Cela s’aggrave au fur et à mesure que l’on boit”.

Même en retirant les gros buveurs des analyses, les associations subsistaient. Les scientifiques ont constaté que la diminution du volume cérébral n’était pas localisée dans une seule région du cerveau.

Pour donner une idée de l’impact, les chercheurs ont comparé les réductions du volume cérébral liées à la consommation d’alcool à celles qui se produisent avec le vieillissement. D’après leur modélisation, chaque unité d’alcool supplémentaire consommée par jour se traduit par un effet de vieillissement plus important dans le cerveau. Alors que le passage de zéro à une moyenne quotidienne d’une unité d’alcool était associé à l’équivalent d’une demi-année de vieillissement, la différence entre zéro et quatre verres représentait plus de 10 ans de vieillissement.

Dans leurs travaux futurs, les auteurs espèrent exploiter la UK Biobank et d’autres grands ensembles de données pour aider à répondre à d’autres questions liées à la consommation d’alcool. “Cette étude s’est intéressée à la consommation moyenne, mais nous sommes curieux de savoir s’il est préférable de boire une bière par jour plutôt que de n’en boire aucune pendant la semaine et d’en boire sept le week-end”, déclare Nave. “Il existe certaines preuves que la consommation excessive d’alcool est pire pour le cerveau, mais nous n’avons pas encore examiné cela de près.”

Ils aimeraient également pouvoir établir de manière plus définitive un lien de causalité plutôt qu’une corrélation, ce qui pourrait être possible grâce à de nouveaux ensembles de données biomédicales longitudinales qui suivent les jeunes à mesure qu’ils vieillissent.

“Nous pourrions être en mesure d’examiner ces effets au fil du temps et, avec la génétique, de démêler les relations de cause à effet”, déclare Nave.

Bien que les chercheurs soulignent que leur étude n’a porté que sur des corrélations, ils affirment que les résultats pourraient inciter les buveurs à reconsidérer leur consommation d’alcool.

“Il existe des preuves que l’effet de la consommation d’alcool sur le cerveau est exponentiel”, explique M. Daviet. “Ainsi, un seul verre supplémentaire dans la journée pourrait avoir un impact plus important que tous les autres verres de la journée. Cela signifie que réduire le dernier verre de la soirée pourrait avoir un effet important en termes de vieillissement cérébral.”

En d’autres termes, selon Nave, “les personnes qui peuvent bénéficier le plus d’une diminution de la consommation d’alcool sont celles qui boivent déjà le plus.”

Source  : One alcoholic drink a day linked with reduced brain size | Penn Today (upenn.edu)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *