Peut-on sauver plus de vies si on laisse vivre les bactéries résistantes ?


La résistance aux antibiotiques est une bombe à retardement dans le domaine de la santé publique. L’OMS prévoit qu’en 2050, davantage de personnes mourront d’infections que de cancers – et nous parlons d’infections que nous considérons aujourd’hui comme inoffensives ; des infections qui surviennent dans une coupure ou une blessure – ou peut-être une cystite.

La raison en est que les bactéries sont passées maîtres dans l’art de s’adapter. Lorsque leur existence est menacée, elles mutent en une version nouvelle et améliorée d’elles-mêmes qui ne peut plus être menacée par les antibiotiques par exemple. Par conséquent, de nombreuses bactéries pathogènes sont aujourd’hui résistantes aux antibiotiques.

“C’est ça, les bactéries. Elles trouvent toujours un moyen ! Bien sûr, il y aura une résistance ; c’est ainsi que fonctionne l’évolution”, déclare Birgitte Kallipolitis, professeur et directrice de recherche, qui étudie les bactéries pathogènes au département de biochimie et de biologie moléculaire de l’université du Danemark du Sud.

Les talents des acides gras

Et c’est exactement la raison pour laquelle, comme d’autres chercheurs dans le monde, elle pense qu’il est temps de trouver de nouveaux moyens de combattre ou de neutraliser la bactérie en perpétuelle mutation.

Depuis quelques années, elle et son groupe de recherche étudient un type particulier d’acide gras, qui s’est révélé intéressant dans ce contexte. Les chercheurs utilisent la listeria comme modèle bactérien pour tester l’effet de ces acides gras. Ailleurs dans le monde, des collègues utilisent les bactéries salmonelles et choléra pour des tests similaires.

Ces acides gras particuliers sont intéressants non seulement parce qu’ils peuvent tuer la bactérie listeria dans le laboratoire de Kallipolitis, mais aussi parce qu’ils peuvent inhiber sa capacité à infecter et à propager l’infection.

Les expériences des chercheurs ont montré que les acides gras ont un effet antimicrobien, c’est-à-dire qu’ils peuvent tuer la bactérie Listeria. À première vue, cela semble bien, mais il y a le problème de la mutation ; essayer de tuer la bactérie ne fait que la faire muter en une nouvelle version résistante d’elle-même.

C’est là qu’intervient le talent particulier des acides gras : ils peuvent rendre la bactérie résistante inoffensive, de sorte qu’aucune infection ne se produit.

“Ainsi, la bactérie résistante n’est plus une bactérie que nous devons essayer de tuer, mais nous l’empêchons de se propager et de nous rendre malade”, explique Birgitte Kallipolitis.

Plus de propagation

Le concept consistant à rendre une bactérie porteuse de maladie incapable de se propager ou de nous rendre malades est appelé “désactivation de sa virulence”.

Lorsque vous désactivez la virulence d’une bactérie, vous l’empêchez de produire des protéines telles que les adhésines et les invasines, dont la bactérie a besoin pour se fixer à une cellule afin de pouvoir y pénétrer.

“Si une bactérie Listeria ne peut pas entrer dans une cellule, elle ne peut pas se propager, et aucune infection ne se produit alors”, explique Birgitte Kallipolitis.

Une aide supplémentaire pour les personnes âgées et faibles

Les bactéries Listeria utilisées dans les expériences de Kallipolitis ne sont inoffensives que tant que leur virulence est désactivée. Lorsqu’elles ne sont plus exposées aux acides gras qui neutralisent leur virulence, elles retrouvent leur capacité à se propager.

“Mais cela peut être l’aide supplémentaire qui permet à un patient de faire face à une infection. Des médicaments ou des suppléments antivirulents pourraient être utiles pour la prévention des infections, en particulier chez les personnes âgées et faibles”, explique Birgitte Kallipolitis.

Les acides gras avec lesquels elle et ses collègues travaillent sont les acides gras libres moyens et longs.

Dans les noix, les plantes et les graines

“Nous nous sommes particulièrement intéressés aux acides gras libres, l’acide palmitoléique et l’acide laurique, que l’on trouve dans les noix, les graines, les plantes et le lait, etc. Dans nos expériences, ils montrent un effet antivirulent”, dit-elle.

Kallipolitis souligne que l’on ne peut pas obtenir un effet antivirulent en mangeant, par exemple, des noix et des graines contenant de l’acide palmitoléique et de l’acide laurique.

“Les acides gras doivent être sous forme libre, ce qui n’est généralement pas le cas dans les aliments. Vous pouvez acheter des acides gras libres sous forme de compléments, mais sachez que la plupart des acides gras contenus dans les compléments sont bloqués et ne sont pas sous forme libre.

“Nous ne savons pas encore si vous pouvez obtenir cet effet en consommant des acides gras libres. Peut-être que les acides gras sont métabolisés avant d’atteindre le champ de bataille dans le système intestinal, où se déroule la lutte contre de nombreuses bactéries résistantes. Peut-être avons-nous besoin de pharmaciens ou de chimistes pour trouver un moyen de transporter les acides gras sur le lieu de la bataille”, explique-t-elle.

Un complément alimentaire ou un comprimé spécial n’est donc pas pour demain, souligne-t-elle. Avant d’en arriver là, un certain nombre de tests sont nécessaires.

“La prochaine étape consistera à tester l’effet antivirulent dans un système de laboratoire rappelant le système intestinal humain ; ici, nous ajouterons des bactéries Listeria et verrons si les acides gras les rendront avirulentes. Si cela fonctionne, on passera à des expériences sur des souris et, finalement, on pourra espérer une utilisation prophylactique chez l’homme”, explique Birgitte Kallipolitis.

Qu’est-ce que la multirésistance ?

Certaines bactéries sont résistantes à plusieurs types d’antibiotiques différents et sont donc dites multirésistantes. C’est le cas des staphylocoques, des acinetobacter, des pseudomonas et des E. coli, qui peuvent provoquer des infections mortelles si elles ne sont pas traitées.

Source :https://www.sdu.dk/en/nyheder/forskningsnyheder/lade-resistente-bakterier-leve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *