Perte de poids : Inflammation systémique et obésité – Review

bacteria-1477522_960_720

La relation entre l’inflammation systémique et l’obésité n’est plus à démontrer aujourd’hui. De nombreuses études ont montrés que la prise de poids et en particulier l’accumulation de la graisse abdominale est positivement corrélée avec la hausse des facteurs d’induction de l’inflammation systémique, tel que la protéine C-réactive, l’interleukine-6 et le facteur de nécrose tumorale alpha. Dans cette revue de la littérature les auteurs s’attardent sur la relation étroite entre les mécanismes de perte de poids et l’inflammation chronique. Selon cette revue on peut constater que les programmes de perte de poids se basant sur un régime alimentaire seul sont moins intéressants que les programmes intégrant à la fois un régime alimentaire et l’exercice physique en termes de réduction du taux des facteurs de l’inflammation systémique. Cependant, il n’y a pas assez d’études cliniques qui permettent de mettre le point sur la quantité de perte de poids nécessaire afin de constater objectivement une diminution du taux des facteurs de l’inflammation et donc de l’inflammation systémique.

Résumé :

“Une inflammation persistante de bas niveau, tel qu’indiqué par des taux plus élevés de médiateurs inflammatoires circulants tels que la protéine C-réactive, l’interleukine-6 et le facteur de nécrose tumorale alpha, est un facteur de risque important pour plusieurs maladies chroniques. Il existe des données indiquant que la diminution de la consommation d’énergie et l’augmentation de l’activité physique peuvent être des thérapies efficaces pour réduire l’inflammation globale. Il y a preuves implacables que les taux des marqueurs inflammatoires circulants sont élevés dans les cas d’obésité totale et abdominale, peut-être en raison d’un taux plus élevé de sécrétion des cytokines par le tissu adipeux chez les personnes obèses. En outre, la perte de poids par une alimentation hypocalorique réduit à la fois les marqueurs circulants de l’inflammation et la production des cytokines du tissu adipeux. Les données de plusieurs grandes cohortes de populations montrent une association inverse entre les marqueurs de l’inflammation systémique et l’activité physique ou l’état de forme; les études d’intervention à petite échelle soutiennent que l’entraînement physique diminue l’inflammation. un régime alimentaire pour perdre du poids et un exercice physique est probablement plus efficace pour réduire l’inflammation que la réduction du poids seul. À ce jour, les données à partir, d’essais contrôlés randomisés visant à tester définitivement les effets de la perte de poids ou de l’entraînement physique, ou les deux, sur l’inflammation sont limitées. De futures études sont nécessaires pour définir la quantité de la perte de poids nécessaire pour une réduction cliniquement significative de l’inflammation; en outre, des études entièrement contrôlées sont nécessaires pour clarifier l’effet de l’entraînement physique sur l’inflammation systémique chronique.”

Lire la review :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15851714

Lire aussi :

La perte de poids un jeu mental

Perdre du poids grâce à l’hyperhydratation est-ce efficace ? – Review

Pleine conscience : La mindfulness permet-elle de perdre du poids ? – Review

Comment prendre du poids en développant sa masse musculaire ?

Mécanisme neurohormonal de la gestion du poids

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *