Particularités de l’asthme chez les patients obèses


Évaluer l’impact de l’obésité sur le contrôle et la sévérité de l’asthme dans une population tunisienne.

Il s’agissait d’une étude rétrospective, descriptive et analytique, incluant des patients asthmatiques régulièrement suivis au service de pneumologie de l’hôpital Charles Nicolle de Tunis, pendant 18 mois (janvier 2016 à juin 2017). Les données étaient recueillies à partir des dossiers médicaux, comprenant les caractéristiques de l’asthme et du statut nutritionnel base sur l’indice de masse corporelle.
Sur les 170 patients inclus, 126 (74%) étaient de sexe féminin. Leur IMC moyen était de 28,6 kg/m2 ± 5,8 (17 à 54,5 kg/m2). L’obésité était présente chez 32,9% des patients. L’asthme était bien contrôlé dans 56% des cas et non contrôlé dans 37%. Il a été classé modéré dans 48,8% et sévère dans 15,9%. Comparés aux asthmatiques de poids normal, les asthmatiques obèses avaient un asthma plus ancien (p = 0,002), étaient principalement des femmes (p = 0,002) et avaient plus de comorbidités (p = 0,049). Ils étaient plus symptomatiques (p = 0,037) et avaient une capacité vitale forcée (p < 0,001) et un volume expiatoire maximum seconde plus faibles (p = 0,017). L’analyse multivariée, après ajustement pour l’âge, le tabagisme et le RGO, a révélé que l’obésité triplait le risque d’asthme non contrôlé (OR = 3; IC 95% [1–6,6,7]; p = 0,019). Cependant, la sévérité de l’asthme n’était pas affectée par l’obésité.
Malgré la discordance de nos résultats avec ceux rapportés dans la littérature concernant la relation entre l’obésité et la sévérité de l’asthme, notre étude a pu confirmer l’effet délétère de l’obésité sur le contrôle de l’asthme. Nous soulignons ainsi l’importance de prendre en compte l’obésité et sa prise en charge, notamment chez les patients souffrant d’asthme mal contrôlé.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *