Nutrition et santé buccale du sujet âgé


Le vieillissement de la population, associé à une édentation partielle ou totale des dents, a créé de nouveaux défis pour les professionnels de la santé.

Dans le passé, les soins bucco-dentaires pour les personnes âgées se limitaient à des restaurations ou à des prothèses partielles ou complètes, mais à présent les patients âgés sont atteints de carie dentaire récurrente ou d’autres maladies infectieuses buccales, et de maladies métaboliques telles que le diabète type 2, les ulcères peptiques, maladies cardiovasculaires… etc.

Ces problèmes peuvent être associés à des dysfonctions masticatoires, salivaires et olfactives et éventuellement à une douleur se traduisant par des modifications de l’état de santé général, de la qualité de l’alimentation, de l’état nutritionnel et de la qualité de la vie

Statut nutritionnel et santé bucco-dentaire

La diminution et le non-respect des directives nutritionnelles chez les patients âgés entrainent une détérioration de la qualité de l’alimentation (malnutrition) et une exacerbation de tous types de maladies systémiques et buccales.

La nutrition déséquilibrée altère l’homéostasie, ce qui entraîne une progression de la maladie buccale, une résistance réduite aux agents infectieux biologiques par voie orale et une capacité de cicatrisation des tissus compromise.

Dans ce sens des perspectives de recherche pour appréhender l’association indépendante entre malnutrition et santé buccodentaire s’avère nécessaire.

Une étude souligne l’insatisfaction des personnes âgées (70 ans) de leur état de santé et la difficulté à se procurer une alimentation de bonne qualité dû à leur état gingival (gingivite, parodontite).

Plus précisément, ceux qui étaient édentés présentaient un risque de malnutrition plus élevé en raison d’un apport énergétique insuffisant et de déficits en vitamines et en micronutriments que ceux ayant une dentition complète.

Dans une autre étude, les personnes âgées édentés ont présentés une malnutrition mesurée par un faible taux d’albumine sérique et une perte de poids associée au fait de ne pas porter leur dentier.

Dentition et niveaux des micronutriments

Un nombre insuffisant d’unités dentaires fonctionnelles est associé à un apport insuffisant en vitamine C, en calcium, en riboflavine et en zinc ce qui entraîne un mauvais état de santé bucco-dentaire comparé aux patients avec une dentition complète.

Les niveaux sériques inférieurs de bêta-carotène, de folate et de vitamine C chez les personnes ayant une dentition altérée, par rapport à celles ayant une dentition fonctionnelle.

La carence en vitamine D conduit à l’ostéomalacie, au rachitisme et à la myopathie. Elle est associée à une densité osseuse réduite, à une mobilité réduite, à un risque accru de chutes et probablement à un risque accru de diabète de type 1, de maladies cardiovasculaires et de polyarthrite rhumatoïde.

Statut macro-nutritionnel chez le sujet âgé

Le vieillissement est associé à un déclin possible des fonctions physiologiques et cognitives, la nutrition est considérée comme un déterminant majeur d’un vieillissement réussi.

L’apport nutritionnel recommandé pour les protéines se situe entre 0,8 g et 0,9 g de protéines / kg de poids corporel par jour pour les adultes sédentaires, quel que soit l’âge. Il s’agit de l’apport minimal en protéines nécessaire pour éviter la perte progressive de masse maigre.

Les preuves ont montré qu’un apport en protéines supérieur aide à améliorer la masse musculaire, la force et la fonction chez les personnes âgées. En outre, cet apport peut améliorer l’état immunitaire, la cicatrisation des plaies et la pression artérielle.

En ce qui concerne les lipides, le problème des adultes plus âgés ne concerne pas tellement la graisse totale ni la graisse saturée, contrairement aux adultes plus jeunes, mais plutôt les acides gras oméga-3.

Les oméga 3 ont un rôle important dans le maintien de la santé des personnes âgées et offrent une meilleure protection contre de nombreuses affections, notamment les maladies cardiovasculaires (par exemple, arythmies, infarctus du myocarde récurrent), le diabète et le déclin cognitif. Le problème est que le taux d’oméga-3 est très limité dans le régime alimentaire standard, les principales sources étant les poissons gras, les graines de lin et les noix. En outre, les oméga-3 obtenus à partir des graines de lin et de noix sont différents de ceux obtenus à partir de poisson gras.

On sait que les fibres alimentaires jouent un rôle important dans le maintien de la santé intestinale, la protection contre les maladies cardiaques, la stabilisation de la glycémie et d’autres troubles métaboliques.

Statut micro-nutritionnel chez le sujet âgé

Certains médicaments peuvent affecter l’absorption des vitamines et peuvent également interférer avec le métabolisme hépatique, entraînant une élimination retardée des vitamines.

Les personnes âgées n’éliminent pas bien la vitamine A et sont par la suite sujettes à l’hypervitaminose A.

La vitamine E a un rôle important en tant qu’antioxydant et dans le maintien de la fonction immunitaire, et par conséquent, une protection contre le stress oxydatif qui est le moteur principal du cancer.

La vitamine B 6 est importante pour de nombreuses réactions métaboliques. Sa déficience conduisant parfois à des concentrations élevées d’homocystéine et à une altération de la fonction immunitaire. Les carences en vitamine B 6 ont également été associées au déclin de la fonction cognitive et à la dépression, deux problèmes courants chez les personnes âgées.

Pour la vitamine B 12, il est important de noter que même si la plupart des personnes âgées consomment suffisamment de vitamine B 12, cette dernière reste néanmoins un problème grave pour la population vieillissante, car elle est très mal absorbée en raison d’une diminution de l’acidité de l’estomac. Beaucoup de médicaments antiacides sont largement prescrits sur ordonnance et en vente libre bloquent également l’absorption de la vitamine B 12.

Les chercheurs ont identifié plusieurs effets indésirables liés à une teneur élevée en acide folique car mal converti en folate bioactive, notamment des effets accélérés d’une carence en vitamine B 12. Le folate peut aussi masquer une carence en vitamine B 12 dans le cas d’une anémie. L’acide folique provenant des aliments peut protéger contre le déclin cognitif. Cependant, de grandes quantités d’acide folique peuvent être nuisibles.

La vitamine D est essentielle au maintien de la santé des os. La diminution de la force musculaire et la carence en vitamine D chez les personnes âgées peuvent avoir un impact sur la capacité fonctionnelle et augmenter le risque de chute.

Les besoins en minéraux chez les personnes âgées ne changent pas en général. Les niveaux de zinc, de sélénium, de chrome, de cuivre et de manganèse ne changent pas avec un vieillissement en bonne santé. Par contre, le magnésium et le calcium sont important notamment pour maintenir la santé des os et dents.

Régulation des fluides et des électrolytes

Les personnes âgées sont plus susceptibles de développer des problèmes d’équilibre hydrique et électrolytique en raison d’une insuffisance rénale physiologique et de modifications de la perception de la soif. Cet équilibre électrolytique altéré est dû à plusieurs facteurs, notamment un débit de filtration glomérulaire réduit, une capacité réduite de concentration de l’urine, une capacité de conservation du sodium moins efficace, une capacité réduite à excréter la charge en eau et une altération de la sensation de soif.  L’incorporation des liquides chez les personnes âgées peut être encore affectée par un handicap physique et/ou une déficience cognitive.

Les effets indésirables de certains médicaments tels que les diurétiques, en altérant la soif ou en provoquant une diérèse, peuvent provoquer une déshydratation.

Références :

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0011853202001040?via%3Dihub

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4939559/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *