Nutrigénétique — nutrition personnalisée dans l’obésité et les maladies cardiovasculaires


Les données épidémiologiques confirment que l’obésité et les maladies cardiovasculaires (MCV) représentent une proportion élevée de la morbidité et de la mortalité totales chez les adultes dans le monde entier.

L’obésité et les MCV présentent des mécanismes d’interaction complexes entre des facteurs génétiques et environnementaux, dont l’alimentation. La nutrition est un facteur environnemental et elle joue un rôle prédominant et reconnu dans la gestion de la santé et dans la prévention de l’obésité et des maladies liées à l’obésité, y compris les MCV. Cependant, on observe une variation marquée des MCV chez les patients obèses ayant le même régime alimentaire. Les différents polymorphismes génétiques pourraient expliquer cette variation, ce qui conduit à l’émergence du concept de nutrigénétique. La génomique nutritionnelle ou nutrigénétique est la science qui étudie et caractérise les variantes génétiques associées à une réponse différentielle à des nutriments spécifiques et qui met en relation cette variation avec diverses maladies, telles que les MCV liées à l’obésité. Ainsi, les recommandations nutritionnelles personnalisées, basées sur la connaissance du bagage génétique d’un individu, pourraient améliorer les résultats d’une intervention diététique spécifique et représenter une nouvelle approche diététique pour améliorer la santé, en réduisant l’obésité et les MCV. Compte tenu de ces prémisses, il est intuitif de supposer que l’élucidation des interactions entre le régime alimentaire et les gènes pourrait favoriser des interventions diététiques plus spécifiques et plus efficaces dans la prévention de l’obésité et des maladies cardiovasculaires grâce à une nutrition personnalisée basée sur la nutrigénétique. Cette revue vise à résumer brièvement le rôle des gènes les plus importants associés à l’obésité et aux MCV et à clarifier les connaissances sur la relation entre la nutrition et l’expression des gènes et le rôle des principaux gènes liés à la nutrition dans l’obésité et les MCV.
Il est indéniable que la nutrigénétique n’en est qu’à ses débuts dans la recherche sur la prévention et la thérapie des MCV ; néanmoins, le développement de technologies à haut débit (et moins chères) et le nombre croissant d’études d’intervention comprenant également une analyse nutrigénétique ont fortement contribué à produire des résultats cohérents. Ce paysage prometteur serait encore amélioré par la co-application d’autres disciplines “omiques” (c’est-à-dire l’épigénomique, la nutrigénomique, la métabolomique, la lipidomique, la transcriptomique et la protéomique). Dogan et al., par exemple, ont récemment démontré la capacité d’une approche intégrée à modéliser avec succès l’état symptomatique de la maladie coronarienne en intégrant les données génétiques, épigénétiques et phénotypiques de l’étude Framingham Heart Study . Cette approche intégrée est en train de faire de la nutrition et de la médecine personnalisées une réalité, notamment dans le domaine de la prévention des MCV en cas d’obésité.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *