Nitrate comme prébiotique potentiel pour le microbiome oral


Les glandes salivaires concentrent activement le nitrate plasmatique, conduisant à des concentrations élevées de nitrate salivaire (5–8 mM) après un repas végétal riche en nitrate.

Le nitrate est un facteur écologique qui peut induire des changements rapides dans la structure et la fonction des communautés polymicrobiennes, mais les effets sur le microbiote oral n’ont pas été clarifiés. Pour tester cela, la salive de 12 donneurs sains a été collectée pour cultiver des biofilms in vitro avec et sans nitrate 6,5 mM. Des échantillons ont été prélevés à 5 h (la plupart des nitrates sont réduits) et 9 h (tous les nitrates sont réduits) de formation de biofilm pour les mesures d’ammonium, de lactate et de pH, ainsi que le séquençage du gène de l’ARNr 16S Illumina. Le nitrate n’a pas affecté la croissance du biofilm de manière significative, mais a réduit la production de lactate, tout en augmentant la production d’ammonium et le pH observés (tous p <0,01). Des niveaux significativement plus élevés des genres de réduction des nitrates associés à la santé bucco-dentaire Neisseria (3,1 ×) et Rothia (2,9 ×) ont été détectés dans l’état de nitrate déjà après 5 h (tous deux p <0,01), tandis que plusieurs genres associés aux caries (Streptococcus, Veillonella et Oribacterium) et les genres associés à l’halitose et à la parodontite (Porphyromonas, Fusobacterium, Leptotrichia, Prevotella et Alloprevotella) ont été significativement réduits (p <0,05 à 5 h et / ou 9 h).
En conclusion, l’ajout de nitrate aux communautés orales a conduit à une modulation rapide de la composition et de l’activité du microbiome qui pourrait être bénéfique pour l’hôte (c.-à-d., Augmentation de l’eubiose ou diminution de la dysbiose). Le nitrate doit donc être étudié comme un prébiotique potentiel pour la santé bucco-dentaire.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *