L’intestin stable : Des athlètes d’élite plus performants


Une nouvelle étude a révélé que l’instabilité microbienne dans l’intestin pourrait entraver les performances des athlètes d’endurance de haut niveau et que les régimes hyperprotéinés à court terme sont associés à ce type de déséquilibre.

Des chercheurs britanniques ont analysé les performances et la santé intestinale d’un groupe de coureurs d’endurance bien assortis et très entraînés, afin d’explorer l’impact des régimes hyperprotéinés et hyperglucidiques.

L’étude a révélé que chez les personnes suivant un régime hyperprotéiné, la stabilité du microbiome intestinal était perturbée. Cela s’est également accompagné d’une réduction de 23,3 % des performances en contre-la-montre.

L’analyse a révélé une diversité considérablement réduite et une composition altérée du phageome intestinal, ainsi que des niveaux plus élevés de certains types de virus et de compartiments bactériens. Les participants dont le microbiome intestinal était plus stable ont obtenu de meilleures performances lors des courses contre la montre.

Le déséquilibre intestinal a des effets différents selon les personnes, mais il peut se manifester par des symptômes aigus tels que des crampes ou des nausées. Comme il existe un dialogue entre l’intestin et le cerveau, les auteurs suggèrent que cela pourrait être important.

Les personnes suivant un régime riche en glucides ont amélioré leurs performances dans le contre-la-montre de 6,5 %.

Le Dr Justin Roberts, professeur associé en santé et en nutrition de l’exercice à l’Université Anglia Ruskin (ARU) et co-auteur de l’étude, a déclaré : “Ces résultats suggèrent que la performance athlétique peut être liée à la stabilité du microbiote intestinal, les athlètes dont les communautés microbiennes sont plus stables obtenant systématiquement les meilleures performances lors de chaque intervention diététique par rapport à ceux dont le microbiote intestinal est plus turbulent.

“Bien que nous ne puissions pas être certains que la quantité élevée de protéines dans l’organisme était entièrement responsable de la baisse significative des performances lors des essais, nous avons constaté que le microbiome intestinal subissait des modifications après un régime hyperprotéiné de courte durée, qui semblaient être associées aux performances.

“Ces résultats suggèrent que la consommation d’un régime hyperprotéiné peut avoir un impact négatif sur l’intestin par le biais d’une modification du profil microbien, tandis qu’une alimentation riche en glucides, contenant par exemple une variété de céréales et de légumes, était associée à une plus grande stabilité microbienne intestinale.

“Les régimes étaient bien contrôlés et soigneusement équilibrés et nous pensons donc qu’il est peu probable que les protéines en elles-mêmes aient causé une baisse de performance. Nous pensons plutôt qu’il est possible que les modifications du microbiome intestinal aient un impact sur la perméabilité intestinale ou l’absorption des nutriments, ou encore sur les messages entre l’intestin et le cerveau, affectant ainsi l’effort perçu et donc la performance.”

Source : https://aru.ac.uk/news/a-stable-gut-helps-elite-athletes-perform-better

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *