L’hormone sécrétine induit la satiété en activant la graisse brune


Des chercheurs du Turku PET Centre et de l’Université technique de Munich ont découvert un nouveau mécanisme de contrôle de la satiété.

Selon l’étude récemment publiée, l’hormone sécrétine induit la satiété en activant le tissu adipeux brun.
Le tissu adipeux brun est connu pour sa capacité à générer de la chaleur en réponse à une exposition au froid. Il a été prouvé que son activité est liée à un poids normal et au métabolisme du glucose, ainsi qu’à des risques moindres de maladies cardiovasculaires. Il a également été démontré que les repas augmentent la thermogenèse dans le tissu adipeux brun, mais la signification de ce phénomène n’est pas claire.
– La sécrétine est une hormone sécrétée dans la circulation sanguine par les intestins et qui stimule la production de sucs peptiques dans le pancréas lors des repas. Dans nos recherches, nous avons découvert des récepteurs de sécrétine dans le tissu adipeux brun de personnes en bonne santé, ce qui suggère que la sécrétine affecte également la graisse brune. Les perfusions de sécrétine ont non seulement augmenté l’absorption de glucose dans le tissu adipeux brun, mais aussi la dépense énergétique de l’ensemble de l’organisme, explique Sanna Laurila, doctorante et cardiologue à l’université de Turku.
Grâce à l’imagerie par résonance magnétique, les chercheurs ont découvert que la sécrétine diminuait également l’activité du système de récompense dans le cerveau lorsque les sujets regardaient de délicieuses photos de nourriture. La diminution de l’appétit des sujets a également pu être vérifiée à l’aide d’un questionnaire, et le temps entre leurs repas a augmenté de 40 minutes.
La graisse brune suscite un grand intérêt du point de vue du contrôle du poids car elle a la capacité de brûler les graisses au lieu de les stocker. Cependant, l’homme possède une quantité relativement faible de graisse brune, ce qui signifie que les avantages métaboliques ne peuvent probablement pas être attribués uniquement à une consommation d’énergie accrue.
“Cette chaîne de messages nouvellement confirmée qui affecte la satiété chez l’homme peut être l’une des raisons expliquant les effets métaboliques bénéfiques de la graisse brune”, résume le professeur Pirjo Nuutila.
“Cette étude souligne la pertinence fonctionnelle de la graisse brune humaine dans le contrôle de l’équilibre énergétique, car elle affecte à la fois la prise alimentaire et la dépense énergétique”, commente le professeur Martin Klingenspor de l’Université technique de Munich.
Le mécanisme de contrôle de la satiété récemment découvert ouvre de nouvelles perspectives pour la recherche sur le développement, la prévention et le traitement de l’obésité. D’autres recherches sont nécessaires pour étudier plus en détail le rôle de la sécrétine dans les troubles métaboliques tels que le syndrome métabolique, l’obésité et le diabète de type 2.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *