Les chercheurs identifient avec succès de nouvelles variantes génétiques qui causent l’hypertension chez les femmes enceintes


Une étude internationale, menée par des chercheurs de l’université Queen Mary de Londres et de l’hôpital St Bartholomew, a permis de découvrir une paire unique de variantes génétiques à l’origine de l’apparition soudaine d’une hypertension artérielle chez les femmes enceintes.

La recherche menée au Royaume-Uni a été financée par le National Institute of Health Research, son programme EME, en partenariat avec le Medical Research Council, la British Heart Foundation et Barts Charity.
L’hypertension (pression artérielle élevée) touche 30 % des adultes. La plupart des cas sont causés par une combinaison de facteurs héréditaires et acquis qui nécessitent un traitement à long terme pour prévenir les complications des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques.
Pour une personne sur dix souffrant d’hypertension, une cause spécifique peut être trouvée et supprimée. La cause la plus fréquente est un minuscule nodule bénin dans l’une des surrénales. Il s’agit de glandes situées près des reins qui produisent des hormones stéroïdes. L’hormone aldostérone stimule les reins à retenir le sel et donc à augmenter la pression artérielle. En conséquence, cette affection, connue sous le nom d’aldostéronisme primaire, entraîne généralement un type d’hypertension résistant aux médicaments classiques et est liée à un risque accru d’accident vasculaire cérébral et de crise cardiaque par rapport aux autres patients souffrant d’hypertension.
Au fil des ans, une équipe de chercheurs de l’université Queen Mary de Londres et de l’hôpital St Bartholomew a découvert un certain nombre de variantes génétiques qui entraînent la production de niveaux élevés d’aldostérone par de petits nodules surrénaux. Leur dernière étude, publiée aujourd’hui dans la revue Nature Genetics, est la découverte d’un nouveau type d’aldostéronisme primaire causé par la coïncidence d’une paire unique de nouvelles variantes qui apparaissent toujours ensemble. Les patients sont principalement des femmes, qui présentent une hypertension artérielle soudaine et un faible taux de potassium dans le sang au cours des premiers mois de la grossesse.
En partenariat avec le professeur Christina Zennaro, directrice de recherche Inserm au Centre de recherche cardiovasculaire de Paris, et des collègues à Paris, il est apparu que les nouvelles variantes activent une molécule réceptrice dans les cellules surrénales qui reconnaît l’hormone de grossesse Gonadotrophine chorionique humaine (HCG), la même que celle mesurée dans les tests de grossesse de routine – et que la molécule réceptrice déclenche une augmentation de la production d’aldostérone.
Le professeur Morris Brown, professeur d’hypertension artérielle endocrinienne à l’université Queen Mary de Londres, a déclaré : “Ce qui est particulièrement satisfaisant, c’est que la reconnaissance de la cause de l’hypertension chez ces femmes leur a permis de mener à bien une grossesse, et qu’ensuite elles ont été complètement guéries de l’hypertension par une procédure d’ablation du nodule surrénalien, et ont pu arrêter tous leurs médicaments.”
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *