Les bases de l’os dans la santé et la maladie


La modulation hormonale est en relation étroite avec le remodelage osseux. La croissance du squelette, sa réponse aux forces mécaniques et son rôle de réserve de minéraux dépendent tous du bon fonctionnement d’un certain nombre d’hormones systémiques ou circulantes qui répondent aux changements de calcium et de phosphore sanguins.

Si le calcium ou le phosphore sont rares, les hormones régulatrices les retirent de l’os pour remplir des fonctions vitales dans d’autres systèmes du corps. Trop de retraits peuvent affaiblir l’os.
En effet de nombreuses pathologies dentaires entraînent la perte osseuse comme les parodontites apicales, les parodontites chronique …etc. Le traitement de ces dernières nécessite l’évaluation des niveaux de certaines hormones impliquées dans le remodelage afin de permettre une bonne régénération des os.
Un bilan biologique permet de déterminer les taux normaux de ces hormones, ce bilan peut ne pas comprendre toutes les hormones, mais certaines sont obligatoires comme (la vitamine D, l’œstrogène et les hormones thyroïdiennes chez les femmes). C’est en fonctions des résultats que le traitement doit être élaboré car dans certaines situations, le déséquilibre hormonal est dû à une déficience. Une supplémentation en vitamine D ou bien en iode s’avère nécessaire.
Vitamine D : active est la (OH)2D3. Elle joue un rôle essentiel dans la régulation de l’homéostasie phosphocalcique et de la minéralisation du squelette. Elle stimule l’absorption digestive du calcium et du phosphate.
Parathormone (PTH) : elle est au centre de la régulation du métabolisme osseux, la PTH est mise en jeu par l’hypocalcémie et amène une stimulation de la résorption osseuse. Il en résulte un flux de calcium de l’os vers le sang.
Calcitonine : elle est synthétisée principalement par les cellules C de la thyroïde. Elle est hypocalcémiante. La calcitonine inhibe directement la résorption osseuse.
Hormones sexuelles :
Les œstrogènes sont les principaux régulateurs hormonaux du niveau de remodelage du tissu osseux.
Les androgènes modulent le cycle de remodelage osseux Par activité androgénique directe et transformation en œstrogènes.
La progestérone stimule également la formation osseuse, indépendamment des œstrogènes.
Hormones thyroïdiennes : augmentent le remodelage osseux.
L’hyperthyroïdie est responsable d’une perte osseuse liée à un hyper-remodelage osseux, pouvant entraîner une perte précoce des dents.
Hormone de croissance (GH) : elle est sécrétée par l’hypophyse et a des effets stimulateurs sur la formation osseuse.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *