Les acides gras oméga-3 pourraient-ils préserver la santé musculaire dans la polyarthrite rhumatoïde?


La polyarthrite rhumatoïde est une maladie inflammatoire chronique caractérisée par une prévalence élevée de décès dus aux maladies cardiométaboliques.

Comme observé au cours du processus de vieillissement, plusieurs comorbidités, telles que les troubles cardiovasculaires (MCV), la résistance à l’insuline, le syndrome métabolique et la sarcopénie, sont fréquemment associées à la PR. Ces anomalies pourraient être étroitement liées à des altérations du métabolisme lipidique. En effet, les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde présentent un paradoxe lipidique, défini par des niveaux réduits de cholestérol total, de lipoprotéines de basse densité (LDL) et de lipoprotéines de haute densité (HDL) alors que le risque de MCV est augmenté. De plus, l’accumulation de médiateurs lipidiques toxiques (c’est-à-dire la lipotoxicité) dans les muscles squelettiques peut induire des dysfonctionnements mitochondriaux et une résistance à l’insuline, qui sont tous deux des déterminants cruciaux des MCV et de la sarcopénie. La prévention ou la réversion de ces perturbations biologiques chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde pourrait contribuer au maintien de la santé musculaire et ainsi protéger contre le risque accru de maladies cardiométaboliques, de dysmobilité et de mortalité. Pourtant, plusieurs études ont montré que les acides gras oméga 3 pouvaient empêcher le développement de la polyarthrite rhumatoïde , améliorer le métabolisme musculaire et limiter l’atrophie musculaire chez les sujets obèses et résistants à l’insuline. Ainsi, la supplémentation alimentaire en oméga 3 devrait être une stratégie prometteuse pour lutter contre la lipotoxicité musculaire et pour la prévention des comorbidités chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *