Le patrimoine génétique a un effet sur le métabolisme des acides gras essentiels


Les antécédents génétiques ont un effet sur le métabolisme des acides gras polyinsaturés essentiels que sont l’acide alpha-linolénique et l’acide linoléique, selon une étude récente de l’Université de Finlande orientale.

La supplémentation du régime alimentaire avec de l’huile de caméline riche en acide alpha-linolénique ou avec de l’huile de tournesol riche en acide linoléique a modifié les concentrations des métabolites de ces acides gras dans l’organisme ; toutefois, les changements dépendaient du génotype FADS1 des participants à l’étude. L’étude a été menée auprès de porteurs de deux génotypes FADS1 différents.

“L’huile de caméline a augmenté la concentration plasmatique d’acide eicosapentaénoïque produit à partir de l’acide alpha-linolénique chez un seul des génotypes étudiés”, explique le chercheur et premier auteur Topi Meuronen de l’Université de Finlande orientale.

On a constaté que le régime alimentaire et les gènes ont tous deux un effet sur les concentrations de différents acides gras dans l’organisme. Le gène FADS1 régule le métabolisme des acides gras polyinsaturés, et le génotype FADS1 a déjà été associé à des troubles du métabolisme du glucose et des lipides, ainsi qu’au risque de diabète de type 2.

L’acide linoléique et l’acide alpha-linolénique sont des acides gras essentiels qui ne sont pas produits par le corps humain, c’est-à-dire qu’ils doivent être obtenus par l’alimentation. L’acide linoléique est l’acide gras alimentaire le plus courant de la famille des oméga-6. L’acide alpha-linolénique, quant à lui, appartient à la famille des acides gras oméga-3. On trouve des concentrations variables de ces deux acides dans les huiles végétales, les graines et les noix. Parmi les huiles végétales, l’huile de tournesol est particulièrement riche en acide linoléique. L’huile de caméline et l’huile de lin, quant à elles, sont riches en acide alpha-linolénique.

Une consommation et une concentration plasmatique élevées d’acide linoléique ont été associées, par exemple, à un risque plus faible de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires, mais l’association de l’acide alpha-linolénique reste peu claire. En tant que métabolites de l’acide linoléique et de l’acide alpha-linolénique, l’organisme produit des médiateurs lipidiques qui sont importants, mais dont certains sont également pro-inflammatoires.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont cherché à savoir si les mutations ponctuelles rs174550 dans le gène FADS1 modifient l’effet de l’acide alpha-linolénique et de l’acide linoléique sur la composition des acides gras dans le plasma, et les concentrations de médiateurs lipidiques dérivés des acides gras polyinsaturés. Des porteurs de deux génotypes FADS1 différents ont été recrutés parmi les hommes participant à l’étude METSIM (Metabolic Syndrome in Men). Ils ont complété leur régime alimentaire par 30 à 50 ml d’huile de caméline ou d’huile de tournesol par jour pendant huit semaines.

“Notre conception de la recherche, c’est-à-dire le recrutement des sujets sur la base de leurs antécédents génétiques, s’est avérée efficace pour étudier les interactions entre le régime alimentaire et les gènes”, explique la chercheuse postdoctorale Maria Lankinen, de l’université de Finlande orientale.

L’organisme peut produire de l’acide eicosapentaénoïque à partir de l’acide alpha-linolénique, et de l’acide arachidonique à partir de l’acide linoléique, par exemple. Ces acides gras à longue chaîne, et les médiateurs lipidiques produits à partir d’eux, sont impliqués dans de nombreuses fonctions de l’organisme, comme la réponse inflammatoire et la fonction vasculaire.

L’étude a montré que le génotype FADS1 joue un rôle majeur, par exemple dans l’efficacité avec laquelle les acides gras essentiels sont convertis en acide arachidonique et en acide eicosapentaénoïque. Le génotype FADS1 affecte également les concentrations des métabolites qui en sont dérivés.

L’utilisation d’huile de caméline riche en acide alpha-linolénique a augmenté la concentration d’acide eicosapentaénoïque et des médiateurs lipidiques qui en sont dérivés chez un seul des génotypes étudiés. En revanche, l’utilisation d’huile de tournesol riche en acide linoléique n’a pas augmenté la concentration d’acide arachidonique ou de médiateurs lipidiques qui en sont dérivés chez les porteurs des deux génotypes.

“Les changements que nous avons observés dans la concentration plasmatique d’acide eicosapentaénoïque étaient au même niveau que dans notre étude précédente, où les personnes mangeaient des poissons gras contenant de l’acide eicosapentaénoïque. Cependant, une observation intéressante est que lorsque l’huile de caméline a été utilisée, les changements ne se sont produits que dans l’un des génotypes étudiés”, déclare Meuronen.

Selon les chercheurs, ces résultats amènent à se demander s’il est possible de donner des directives de plus en plus individualisées sur l’apport en acide alpha-linolénique et en acide linoléique. Des recherches supplémentaires sont toutefois nécessaires.

L’étude a été réalisée en collaboration avec le Karolinska Institutet, et les résultats ont été publiés dans Molecular Nutrition and Food Research.

Source :https://www.uef.fi/en/article/genetic-background-has-an-effect-on-the-metabolism-of-essential-fatty-acids

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *