Le jeûne agit comme un catalyseur de régime


Un Allemand sur quatre souffre du syndrome métabolique. Plusieurs des quatre maladies de l’abondance sont présentes en même temps dans ce “quatuor mortel” : obésité, hypertension artérielle, trouble du métabolisme des lipides et diabète sucré.

Chacune d’entre elles est un facteur de risque de maladies cardiovasculaires graves, telles que l’infarctus du myocarde et l’accident vasculaire cérébral. Le traitement vise à aider les patients à perdre du poids et à normaliser leur métabolisme lipidique et glucidique ainsi que leur tension artérielle. En plus de l’exercice, les médecins prescrivent un régime alimentaire sain et hypocalorique. Des médicaments sont également souvent nécessaires. Cependant, les effets de l’alimentation sur le microbiome, le système immunitaire et la santé ne sont pas totalement clairs.
Un groupe de recherche dirigé par le Dr Sofia Forslund et le professeur Dominik N. Müller du Centre Max Delbrück de médecine moléculaire de l’Association Helmholtz (MDC) et du Centre de recherche expérimentale et clinique (ECRC) vient d’examiner l’effet d’un changement de régime alimentaire sur les personnes atteintes du syndrome métabolique. L’ECRC est géré conjointement par le MDC et la Charité Universitätsmedizin Berlin. “Le passage à un régime alimentaire sain a un effet positif sur la pression artérielle”, déclare Andras Maifeld, résumant les résultats. “Si le régime est précédé d’un jeûne, cet effet est intensifié”. Maifeld est le premier auteur de l’article, qui a récemment été publié dans la revue Nature Communications.
Le brocoli plutôt que le rosbif
Le Dr Andreas Michalsen, consultant principal du service de naturopathie de l’hôpital Immanuel de Berlin et titulaire de la chaire de naturopathie clinique de l’Institut de médecine sociale, d’épidémiologie et d’économie de la santé de la Charité — Universitätsmedizin Berlin, et le professeur Gustav J. Dobos, titulaire de la chaire de naturopathie et de médecine intégrative de l’université de Duisburg-Essen, ont recruté 71 volontaires atteints du syndrome métabolique et présentant une pression artérielle systolique élevée. Les chercheurs les ont répartis au hasard en deux groupes.
Les deux groupes ont suivi pendant trois mois le régime DASH (Dietary Approach to Stop Hypertension), qui vise à lutter contre l’hypertension artérielle. Ce régime de style méditerranéen comprend beaucoup de fruits et de légumes, de produits complets, de noix et de légumineuses, de poisson et de viande blanche maigre. L’un des deux groupes n’a pas consommé d’aliments solides pendant cinq jours avant de commencer le régime DASH.
Sur la base de l’immunophénotypage, les scientifiques ont observé comment les cellules immunitaires des volontaires ont changé lorsqu’ils ont modifié leur régime alimentaire. “Le système immunitaire inné reste stable pendant le jeûne, tandis que le système immunitaire adaptatif se ferme”, explique Maifeld. Au cours de ce processus, le nombre de cellules T pro-inflammatoires diminue, tandis que les cellules T régulatrices se multiplient.
Un régime méditerranéen c’est bien, mais jeûner aussi c’est mieux
Les chercheurs ont utilisé des échantillons de selles pour examiner les effets du jeûne sur le microbiome intestinal. Les bactéries intestinales travaillent en étroite collaboration avec le système immunitaire. Certaines souches bactériennes métabolisent les fibres alimentaires en acides gras à chaîne courte anti-inflammatoires, bénéfiques pour le système immunitaire. La composition de l’écosystème des bactéries intestinales change radicalement pendant le jeûne. Les bactéries bénéfiques pour la santé qui contribuent à réduire la pression artérielle se multiplient. Certains de ces changements persistent même après la reprise de l’alimentation. Le fait suivant est particulièrement remarquable : “L’indice de masse corporelle, la pression artérielle et la nécessité de prendre des médicaments antihypertenseurs sont restés inférieurs à long terme chez les volontaires qui ont commencé le régime sain par un jeûne de cinq jours”, explique Dominik Müller. La pression artérielle remonte normalement lorsqu’on oublie ne serait-ce qu’un seul comprimé antihypertenseur.
La pression artérielle reste plus faible à long terme, même trois mois après le jeûne.
En collaboration avec des scientifiques du Centre Helmholtz pour la recherche sur les infections et de l’Université McGill, à Montréal (Canada), le groupe de travail de M. Forslund a procédé à une évaluation statistique de ces résultats à l’aide de l’intelligence artificielle, afin de s’assurer que cet effet positif était effectivement attribuable au jeûne et non aux médicaments pris par les volontaires. Ils ont utilisé les méthodes d’une étude précédente dans laquelle ils avaient examiné l’influence des médicaments antihypertenseurs sur le microbiome. “Nous avons pu isoler l’influence des médicaments et observer que la réponse d’une personne à un changement de régime alimentaire dépend de la réponse immunitaire individuelle et du microbiome intestinal”, déclare Forslund.
Si un régime riche en fibres et pauvre en graisses ne donne pas de résultats, il est possible que le microbiome intestinal ne contienne pas suffisamment de bactéries qui métabolisent les fibres en acides gras protecteurs. “Ceux qui ont ce problème estiment souvent que l’effort n’en vaut pas la peine et retournent à leurs anciennes habitudes”, explique le scientifique. Il est donc judicieux de combiner un régime alimentaire avec un jeûne. “Le jeûne agit comme un catalyseur pour les micro-organismes protecteurs dans l’intestin. La santé s’améliore manifestement très rapidement et les patients peuvent réduire leurs médicaments, voire souvent arrêter complètement de prendre des comprimés.” Cela pourrait les motiver à s’en tenir à un mode de vie sain sur le long terme.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *