L’association d’une alimentation limitée dans le temps et d’un programme d’entraînement intensif améliore les mesures de santé chez les femmes obèses.


Il a été démontré que l’alimentation limitée dans le temps (ARM) et l’entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT) améliorent la santé cardiométabolique des personnes en surpoids et présentant un risque de maladie grave. Un essai randomisé et contrôlé a permis de vérifier si la combinaison de ces deux approches est plus efficace que chacune d’entre elles prise séparément. Les résultats, publiés dans la revue Cell Metabolism le 4 octobre, montrent que la combinaison améliore le contrôle glycémique moyen à long terme par rapport à un groupe témoin sans intervention et induit des réductions deux fois plus importantes de la masse grasse et de la surface de graisse viscérale par rapport à chaque intervention prise isolément.

“L’ER et le HIIT isolés ont fait l’objet d’une attention croissante car ils constituent des stratégies efficaces et réalisables pour les populations à risque”, explique l’auteur principal Trine Moholdt, chef du groupe de recherche sur l’exercice, la santé cardiométabolique et la reproduction à l’Université norvégienne des sciences et de la technologie (NTNU). “Nous voulions comparer les effets de la combinaison du TRE et du HIIT avec leurs effets isolés et déterminer si le TRE et le HIIT agiraient en synergie pour améliorer la santé des personnes présentant un risque de maladie cardiométabolique. Ce résultat souligne l’importance de modifier à la fois les habitudes alimentaires et l’activité physique chez les personnes qui souhaitent améliorer rapidement leur santé et réduire leur risque de maladie.”

L’essai comportait quatre bras : HIT seul, TRE seul, la combinaison TRE-HIIT, et un groupe témoin. Au total, 131 femmes ont été recrutées, dont 32 ou 33 dans chaque bras. Toutes étaient en surpoids ou obèses et présentaient des facteurs de risque de maladies cardiométaboliques comme le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires. L’ERT était défini comme la consommation de toutes les calories quotidiennes dans une fenêtre temporelle de 10 heures. HIIT était défini comme un exercice effectué à 90% de la fréquence cardiaque maximale pendant 35 minutes, trois fois par semaine. Les séances d’exercice étaient supervisées par les chercheurs et les participants devaient consigner chaque jour leurs premières et dernières calories.

Les interventions ont duré 7 semaines. Plusieurs mesures ont été prises avant et après l’étude, notamment la tension artérielle des participants, leur indice de masse corporelle, leur taux de graisse et de cholestérol dans le sang, ainsi que plusieurs mesures de la glycémie et de l’insulinémie.

Les chercheurs ont constaté que les participants qui ont combiné TRE et HIIT ont pu améliorer leur contrôle glycémique moyen à long terme mesuré par le HbA1c. Ils ont également pu réduire efficacement la masse grasse et la graisse viscérale et augmenter leur aptitude cardiorespiratoire mesurée par la consommation maximale d’oxygène. Cependant, aucune différence statistiquement significative n’a été observée au niveau des lipides sanguins, des hormones de l’appétit ou des signes vitaux après l’une ou l’autre des interventions par rapport au groupe témoin.

Une autre conclusion importante de l’étude est que l’adhésion à l’étude était élevée. “Les taux d’adhésion élevés sont importants”, explique la première auteure de l’étude, Kamilla La Haganes, doctorante au NTNU. “Les taux d’adhésion aux recommandations générales sur le mode de vie sont faibles, et nos stratégies de régime et d’exercice peuvent servir d’alternative.” À l’issue de l’étude, 18 participants du groupe témoin ont également choisi d’essayer l’une des interventions de l’étude.

“Nous recommandons ce type de programme aux personnes qui souhaitent disposer d’un moyen relativement simple de modifier leurs habitudes en matière de régime alimentaire et d’exercice physique et d’améliorer leur santé”, indique M. Moholdt. “L’ERT est une méthode moins fastidieuse et moins longue pour perdre du poids par rapport au comptage quotidien des calories, et le HIIT est tolérable et sans danger pour des personnes auparavant sédentaires et peut être réalisé en 30-40 minutes.”

Une des limites de l’étude est que la période d’intervention n’était que de 7 semaines ; des enquêtes à plus long terme sont nécessaires pour déterminer les effets et la faisabilité pour des périodes plus longues. L’étude s’est également déroulée pendant les périodes de fermeture de COVID-19, ce qui a affecté le mode de vie des participants et pourrait avoir influencé les résultats.

Les chercheurs invitent actuellement les participants à revenir pour des tests de suivi deux ans après la fin de l’étude afin de déterminer s’ils ont poursuivi les interventions. Ils prévoient également de déterminer si la combinaison de l’ERT et de l’HIT induira les mêmes avantages pour la santé et présentera des taux d’adhésion tout aussi bons dans un contexte entièrement à domicile. Cette étude portera sur des hommes et des femmes. “Ensemble, ces deux nouvelles études nous en diront plus sur la faisabilité à long terme et sur la possibilité de mise en œuvre dans un cadre réel”, déclare Haganes. “En outre, nous pourrons étudier s’il existe des différences entre les sexes dans la réponse à ces interventions.”

Source :https://www.cell.com/cell-metabolism/fulltext/S1550-4131(22)00393-X

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *