L’apport en magnésium était inversement associé à l’hostilité chez les jeunes adultes américains


L’hostilité est un trait de personnalité complexe associé à de nombreux phénotypes de facteurs de risque cardiovasculaire.

Bien que l’apport en magnésium ait été associé à l’humeur et aux maladies cardio-métaboliques, sa relation avec l’hostilité reste floue. Nous supposons qu’un apport élevé en magnésium total est associé à des niveaux plus faibles d’hostilité en raison de ses mécanismes antidépresseurs présumés. Pour vérifier cette hypothèse, nous avons analysé de manière prospective les données de 4 716 jeunes adultes âgés de 18 à 30 ans au départ (1985-1986) provenant de quatre villes américaines, sur une période de suivi de cinq ans, en utilisant les données de l’étude Coronary Artery Risk Development in Young Adults (CARDIA). L’apport en magnésium a été estimé à partir d’un questionnaire sur les antécédents alimentaires et de suppléments au départ. Les niveaux d’hostilité ont été évalués à l’aide de l’échelle Cook-Medley au départ et à la cinquième année (1990-1991). Des équations d’estimation généralisées ont été appliquées pour estimer l’association entre l’apport en magnésium et l’hostilité en tant que mesures répétées aux deux points temporels (base de référence et année 5). Un modèle linéaire général a été utilisé pour déterminer l’association entre l’apport en magnésium et l’évolution de l’hostilité sur 5 ans. Après ajustement des facteurs sociodémographiques et des principaux modes de vie, une association inverse significative a été observée entre l’apport en magnésium et le niveau d’hostilité sur 5 ans de suivi. Les coefficients bêta (IC 95 %) pour les quintiles supérieurs d’apport en magnésium étaient respectivement de 0 (référence), -1,28 (-1,92, -0,65), -1,45 (-2,09, -0,81), -1,41 (-2,08, -0,75) et -2,16 (-2,85, -1,47) (tendance linéaire<0,01). L’association inverse était indépendante des facteurs sociodémographiques et des principaux modes de vie, de l’utilisation de suppléments et de l’état dépressif à l’année 5. Cette étude prospective fournit des preuves que chez les jeunes adultes, un apport élevé en magnésium est inversement associé au niveau d’hostilité, indépendamment des facteurs sociodémographiques et des principaux facteurs liés au mode de vie.

Source:

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0271531721000099

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *