L’alimentation maternelle pendant la grossesse peut moduler le risque de symptômes du TDAH chez les enfants


Les résultats d’une étude menée par une équipe de l’Institut de santé globale de Barcelone (ISGlobal), un centre soutenu par “la Caixa”, suggèrent que le risque qu’un enfant développe des symptômes de trouble de déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH) peut être modulé par le régime alimentaire de la mère pendant la grossesse.

L’étude, publiée dans le Journal of Pediatrics, a analysé des échantillons de plasma du cordon ombilical pour quantifier les niveaux d’oméga-6 et d’oméga-3 qui atteignent le fœtus. L’analyse statistique a montré qu’un rapport oméga-6/oméga-3 plus élevé était associé à un risque accru de symptômes de TDAH à l’âge de sept ans.

Les oméga-6 et les oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés à longue chaîne qui jouent un rôle crucial dans la fonction et l’architecture du système nerveux central, en particulier pendant les derniers stades de la gestation. Ces deux acides gras sont en concurrence pour l’incorporation dans les membranes cellulaires et sont principalement obtenus par l’alimentation. Étant donné que les oméga-6 et les oméga-3 ont des fonctions physiologiques opposées – le premier favorise les états pro-inflammatoires systémiques, tandis que le second favorise les états anti-inflammatoires – un apport équilibré de ces deux acides gras est important. Des recherches antérieures avaient montré que les enfants présentant des symptômes de TDAH avaient un rapport oméga-6/oméga-3 plus élevé.

Les auteurs ont étudié les données de 600 enfants vivant dans quatre régions espagnoles (Asturies, Pays Basque, Catalogne et Valence) qui participent au projet INMA. Ils ont analysé des échantillons de plasma du cordon ombilical et des données provenant de questionnaires remplis par les mères des enfants. Les symptômes du TDAH ont été évalués à l’aide de deux questionnaires standard : le premier rempli par les enseignants des enfants à l’âge de quatre ans, et le second par leurs parents à l’âge de sept ans.
Les résultats ont montré qu’à l’âge de sept ans, le nombre de symptômes du TDAH augmentait de 13 % pour chaque unité d’augmentation du rapport oméga-6/oméga-3 dans le plasma du cordon ombilical. L’étude a analysé le nombre de symptômes chez les enfants qui répondaient aux critères de diagnostic du TDAH (minimum six symptômes) et également chez les enfants présentant un nombre plus faible de symptômes du TDAH. Le rapport entre les deux acides gras était associé au nombre de symptômes du TDAH présents, mais pas au diagnostic du trouble, et uniquement dans l’évaluation effectuée à l’âge de sept ans. Les auteurs suggèrent que l’évaluation effectuée à l’âge de quatre ans a pu être affectée par une erreur de mesure, car les symptômes du TDAH signalés à un âge précoce peuvent être causés par un retard de développement neurologique se situant dans la fourchette normale.
“Nos résultats sont conformes aux études précédentes qui ont établi une relation entre le rapport oméga-6/oméga-3 chez les mères et divers résultats neurodéveloppementaux précoces”, a commenté Mónica López-Vicente, chercheuse à ISGlobal et auteur principal de l’étude.
“Bien que l’association ne soit pas cliniquement significative, nos résultats sont importants au niveau de la population dans son ensemble”, a noté López-Vicente. “Si une grande partie de la population est exposée à un rapport oméga-6/oméga-3 élevé, la distribution des scores des symptômes du TDAH se déplacerait probablement vers la droite et la prévalence des valeurs extrêmes augmenterait, ce qui aurait un impact négatif sur les coûts de santé et la productivité de la communauté.”
“Cette étude ajoute des preuves supplémentaires au nombre croissant de recherches sur l’importance de l’alimentation maternelle pendant la grossesse”, a commenté Jordi Júlvez, chercheur à l’ISGlobal et coauteur de l’étude. “L’apport en nutriments au cours des premiers stades de la vie est essentiel dans la mesure où il programme la structure et la fonction des organes, et cette programmation, à son tour, a un impact sur la santé à chaque stade de la vie. Comme le cerveau met beaucoup de temps à se développer, il est particulièrement vulnérable à une mauvaise programmation. Des altérations de ce type pourraient donc entraîner des troubles du développement neurologique.”
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *