La vitamine D pourrait protéger contre le cancer colorectal précoce


La consommation de quantités plus élevées de vitamine D – provenant principalement de sources alimentaires – pourrait contribuer à protéger contre le développement d’un cancer colorectal à un stade précoce ou de polypes précancéreux du côlon, selon la première étude à montrer une telle association.

L’étude, récemment publiée en ligne dans la revue Gastroenterology, par des scientifiques du Dana-Farber Cancer Institute, de la Harvard T.H. Chan School of Public Health et d’autres institutions, pourrait conduire à des recommandations en faveur d’un apport plus élevé en vitamine D comme complément peu coûteux aux tests de dépistage dans le cadre d’une stratégie de prévention du cancer colorectal chez les adultes de moins de 50 ans.
Alors que l’incidence globale du cancer colorectal est en baisse, les cas ont augmenté chez les jeunes adultes – une tendance inquiétante qui n’a pas encore été expliquée. Les auteurs de l’étude, dont les co-auteurs principaux Kimmie Ng, MD, MPH, du Dana-Farber, et Edward Giovannucci, MD, DSc, de la T.H. Chan School, ont noté que l’apport en vitamine D provenant de sources alimentaires telles que le poisson, les champignons, les œufs et le lait a diminué au cours des dernières décennies. Il existe de plus en plus de preuves d’une association entre la vitamine D et le risque de mortalité par cancer colorectal. Cependant, avant l’étude actuelle, aucune recherche n’avait examiné si l’apport total en vitamine D était associé au risque de cancer colorectal à début précoce.
“L’activité de la vitamine D contre le cancer colorectal est connue dans les études de laboratoire. Comme la carence en vitamine D a augmenté régulièrement au cours des dernières années, nous nous sommes demandé si cela pouvait contribuer à l’augmentation des taux de cancer colorectal chez les jeunes”, a déclaré Ng, directeur du Young-Onset Colorectal Cancer Center à Dana-Farber. “Nous avons constaté que l’apport total en vitamine D de 300 UI par jour ou plus – ce qui équivaut à peu près à trois verres de lait de 20 cl – était associé à une réduction d’environ 50 % du risque de développer un cancer colorectal à début précoce.”
Les résultats de l’étude ont été obtenus en calculant l’apport total en vitamine D – provenant à la fois de sources alimentaires et de suppléments – de 94 205 femmes participant à la Nurses’ Health Study II (NHS II). Cette étude est une étude de cohorte prospective d’infirmières âgées de 25 à 42 ans qui a débuté en 1989. Les femmes sont suivies tous les deux ans au moyen de questionnaires portant sur des données démographiques, des facteurs liés à l’alimentation et au mode de vie, ainsi que des informations médicales et autres sur la santé. Les chercheurs se sont concentrés sur un critère principal : le cancer colorectal à début précoce, diagnostiqué avant 50 ans. Ils ont également demandé dans un questionnaire de suivi s’ils avaient subi une coloscopie ou une sigmoïdoscopie au cours de laquelle des polypes colorectaux (qui peuvent être des précurseurs du cancer colorectal) avaient été découverts.
Au cours de la période allant de 1991 à 2015, les chercheurs ont documenté 111 cas de cancer colorectal à début précoce et 3 317 polypes colorectaux. L’analyse a montré qu’un apport total en vitamine D plus élevé était associé à un risque significativement réduit de cancer colorectal à début précoce. Le même lien a été trouvé entre un apport plus élevé en vitamine D et le risque de polypes colorectaux détectés avant 50 ans.
L’association était plus forte pour la vitamine D alimentaire – provenant principalement des produits laitiers – que pour les suppléments de vitamine D. Les auteurs de l’étude ont déclaré que ce résultat pourrait être dû au hasard ou à des facteurs inconnus qui ne sont pas encore compris.
Fait intéressant, les chercheurs n’ont pas trouvé d’association significative entre l’apport total en vitamine D et le risque de cancer colorectal diagnostiqué après 50 ans. Les résultats n’ont pas permis d’expliquer cette incohérence, et les scientifiques ont déclaré que des recherches supplémentaires sur un échantillon plus large sont nécessaires pour déterminer si l’effet protecteur de la vitamine D est en fait plus fort dans les cas de cancer colorectal à début précoce.
Quoi qu’il en soit, les chercheurs ont conclu qu’un apport total plus élevé en vitamine D est associé à une diminution du risque de cancer colorectal à début précoce et de ses précurseurs (polypes). “Nos résultats confirment que la vitamine D peut être importante chez les jeunes adultes pour la santé et peut-être pour la prévention du cancer colorectal”, a déclaré Ng. “Il est essentiel de comprendre les facteurs de risque associés au cancer colorectal à début précoce afin de pouvoir faire des recommandations éclairées sur l’alimentation et le mode de vie, ainsi que d’identifier les personnes à haut risque à cibler pour un dépistage plus précoce.”
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *