La substance épicée du poivre pénètre dans le lait maternel après avoir mangé Du lait maternel épicé ?


Le lait maternel est le premier aliment que les bébés consomment.

Diverses études ont suggéré que l'”expérience gustative” de la petite enfance influence le comportement alimentaire de l’adulte. Contrairement aux préparations pour nourrissons standardisées, le lait naturel n’a pas le même goût ni la même odeur tous les jours. Les différences sont en grande partie dues à l’alimentation de la mère.
Pas de transfert d’une personne à l’autre
Cependant, le goût et l’arôme des aliments consommés par la mère ne sont pas transférés de un à un à son lait. Des recherches ont déjà montré que les substances odorantes et gustatives actives de l’ail ou du café pénètrent partiellement dans le lait maternel sous la forme d’un produit métabolique odorant, tandis que les arômes de l’huile de poisson ou du thé d’allaitement n’avaient que peu ou pas d’importance à cet égard.
La mesure dans laquelle les substances piquantes du piment, du gingembre ou du poivre se retrouvent dans le lait maternel a été encore moins étudiée que les substances aromatiques et gustatives. C’est pourquoi une équipe scientifique dirigée par la TUM a examiné si ces substances passent de l’alimentation au lait maternel et, le cas échéant, lesquelles.
La pipérine est détectable après seulement une heure
Grâce à des analyses approfondies par spectrométrie de masse, l’équipe a montré que déjà une heure après la consommation d’un plat de curry standardisé, la pipérine est détectable dans le lait maternel pendant plusieurs heures. “Les concentrations maximales observées de 14 à 57 microgrammes par litre étaient environ 70 à 350 fois inférieures au seuil de perception du goût d’un adulte”, explique le professeur Corinna Dawid, qui dirige la chaire de chimie alimentaire et de science sensorielle moléculaire à la TUM, commissariat du professeur Thomas Hofmann.
Roman Lang, qui a initialement participé à l’étude en tant que scientifique à la TUM puis à l’Institut Leibniz de biologie des systèmes alimentaires (LSB), ajoute : “Il nous semble plutôt improbable que les nourrissons perçoivent consciemment la netteté. Néanmoins, il est concevable que l’activation régulière et à faible seuil du “récepteur piquant” TRPV1 puisse contribuer à augmenter la tolérance à de telles substances par la suite.”
Les piquants du gingembre ou du piment, ainsi que le composé végétal secondaire qu’est la curcumine, également abondante dans le curry, ne sont pas passés dans le lait, selon la recherche. “Ce dernier point nous a particulièrement surpris, car la pipérine est censée augmenter significativement la biodisponibilité de la curcumine selon les résultats d’autres études”, rapporte Roman Lang, qui dirige le groupe de recherche Chimie des biosystèmes et métabolisme humain au LSB.
“Ces observations ont été réalisées en collaboration avec nos partenaires de la Friedrich-Alexander-University Erlangen-Nuremberg, du Fraunhofer Institute for Process Engineering and Packaging IVV et du LSB. La poursuite de l’exploration nous aidera à mieux comprendre à la fois l’émergence des préférences alimentaires et les processus métaboliques qui jouent un rôle dans le transfert des ingrédients alimentaires bioactifs dans le lait maternel”, déclare Corinna Dawid, professeur à la TUM.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *