La présence de tissu adipeux brun actif détermine la dépense énergétique induite par le froid et les profils d’oxylipine chez l’homme


Une exposition au froid à court terme peut aider les personnes qui possèdent de la graisse brune à brûler 15% de calories de plus que celles qui n’en ont pas, selon une étude publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism de l’Endocrine Society.

Contrairement à la graisse blanche, la graisse brune brûle des calories par l’oxydation des acides gras et la production de chaleur et est considérée comme une cible prometteuse dans la lutte contre l’épidémie d’obésité. Le plus gros activateur de la graisse brune est une exposition modérée au froid.
Les chercheurs ont identifié deux groupes utilisant une TEP – ceux avec et sans graisse brune active. Ils ont analysé la fonction des graisses brunes et les dépenses énergétiques de ces personnes avant et après une exposition au froid à court terme, constatant que le groupe avec des graisses brunes actives non seulement brûlait beaucoup plus de calories mais avait un profil sanguin en acides gras plus sain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *