La National Parkinson Foundation et ses recommandations sur le Parkinson

pdtulip-aware3-72dpi

Plusieurs suppléments sont en général recommandés pour les patients atteint de Parkinson, alors qu’aucune étude n’a porté sur l’effet de ces suppléments sur le Parkinson. On se demande alors d’où est ce que la National Parkinson Foundation tient ses infos ? De chez les extraterrestres ?

Vitamine C et E :

Parmi ces micronutriments proposés la vitamine E et la vitamine C. On comprend que les vitamines E et C sont des suppléments par défaut vu qu’ils sont des antioxydants importants, mais là on parle d’améliorer l’état du Parkinson. Aucune étude petite ou grande n’a porté sur l’effet de ces 2 vitamines sur le Parkinson. Donc, sans vouloir partir dans une mystification absolue de ces 2 vitamines, qui sont par ailleurs bénéfiques pour lutter contre le stress oxydatif et pour tout un tas d’autres déséquilibres, on est là face à deux vitamines qui, jusqu’à preuve du contraire, n’ont pas plus d’effet sur le parkinsonien que sur le sédentaire.

Calcium :

Une autre proposition de la National Parkinson Fondation c’est d’inclure les suppléments de calcium sous prétexte que les produits laitiers inhiberaient la L-Dopa. Manque de bol, il n’y a aucune étude ni sur le sujet de l’inhibition des produits laitiers de la L-Dopa, ni sur l’impact de la supplémentation en calcium sur le Parkinson. On se demande bien d’où est ce qu’ils ramènent ces infos ?

Coenzyme Q10 :

Le coenzyme Q10 est également considéré comme étant très bénéfique pour le Parkinson, toujours par la même autorité. Bien qu’ils citent une étude réalisée en 2011 (ils ne mentionnent pas les références) en disant que l’étude mentionnent qu’il n’y a pas d’effet du coenzyme Q10 sur les parkinsoniens. Ce qui est d’ailleurs confirmé par l’étude plus récente du Parkinson Study Group QE3 regroupant plus d’une centaine de chercheurs et présentant le plus haut niveau de preuve (1). En gros, les études affirment que le coenzyme Q10 ne produit aucun effet sur le Parkinson mais malgré cela, nous devons supposer qu’il est intéressant de se supplémenter en coenzyme Q10 ne serait ce que pour leur faire gagner un peu de pognon.

Folate et vitamine B12 :

La folate et la vitamine B12 sont également considérées comme une sorte de traitement pour le Parkinson malgré la quasi-inexistence d’études à ce sujet. La seule petite étude qui existe date de 2006 et teste l’effet de la vitamine B12, de la B6 et du folate sur le Parkinson (2). Résultat ? Niet, rien du tout… C’est apparemment la B6 qui présenterait un intérêt pour le Parkinson. A-t-on parler de B6 chez la National Parkinson Foundation ? pas vraiment, on l’a évoqué très brièvement, mais l’accent est mis sur la folate et la B12.

Suppléments réellement bénéfiques pour le Parkinson :

Je vais vous épargner tout le reste. Mais ce qui est frappant, c’est le fait que les micronutriments qui présenterait un réel intérêt pour le Parkinson et dont le nombre d’études à leur sujet est très important, ces micronutriments là ne sont pas du tout mentionnés. Pas même l’ombre d’un mot à leur sujet. Parmi ces micronutriments, la thiamine (vitamine B1). Dans une revue de la littérature publiée en 2013 intitulée : The beneficial role of thiamine in Parkinson disease (3), les auteurs mentionnent, après une revue de plus de 140 papiers scientifiques, un éventuel effet bénéfique de la thiamine sur le Parkinson. D’autres études, bien entendu, sont nécessaires afin d’appuyer cet effet.

Bon, il faut quand même leur reconnaître qu’ils ont proposé la vitamine D (parmi tout un tas d’autres suppléments qui ne servent à rien) malgré qu’il l’ont fait non pas parce qu’il existe certaines études à ce sujet mais en argumentant que celle-ci serait bien adaptée à une supplémentation en calcium. C’est donc comme adjuvant au calcium qu’elle est recommandée et non pas comme traitement du Parkinson. Or, les études sur la vitamine D et son effet sur le Parkinson, mentionnent un éventuel effet bénéfique de cette vitamine sur le Parkinson. Pas besoin de calcium pour agir sur les symptômes du Parkinson, la vitamine D seule suffit (4, 5).

Références :

1. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24664227

2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16864826

3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23462281

4. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25545356

5. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25545356

Lire aussi :

 

Un traitement du cancer utilisé pour le Parkinson

Maladie de Parkinson : traitement par pergolide mesylate

Maladie de Parkinson : Revue de la littérature des techniques chirurgicales utilisées

Maladie de Parkinson : Méthodes de traitements innovatrices

Maladie de Parkinson : Traitement par l’activité physique

Précurseurs de la L-Dopa comme traitement du Parkinson

Maladie de Parkinson: Le diagnostic est toujours aussi imprécis depuis 25 ans

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *