La modification de l’ARN peut protéger contre les maladies du foie et expliquer les différences de graisse hépatique entre les sexes


Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’UCLA, une modification chimique qui se produit dans certaines molécules d’ARN lorsqu’elles transmettent les instructions génétiques de l’ADN à la machinerie protéinique des cellules pourrait offrir une protection contre la stéatose hépatique non alcoolique, une affection qui résulte d’une accumulation de graisse dans le foie et qui peut conduire à une maladie hépatique avancée.

L’étude, menée sur des souris, suggère également que cette modification – connue sous le nom de m6A, dans laquelle un groupe méthyle s’attache à une chaîne d’ARN – pourrait se produire à un rythme différent chez les femelles que chez les mâles, ce qui pourrait expliquer pourquoi les femelles ont tendance à avoir un taux de graisse plus élevé dans le foie. Les chercheurs ont constaté que sans la modification m6A, les différences de teneur en graisse du foie entre les sexes étaient considérablement réduites.
En outre, dans un modèle préclinique, les chercheurs ont démontré que la thérapie génique peut être utilisée pour améliorer ou ajouter des modifications à des ARN clés afin de ralentir ou de réduire la gravité de la maladie du foie.
Le foie gras peut se développer lorsque la teneur en graisse du foie augmente en raison de facteurs alimentaires ou génétiques, ce qui peut conduire à une cicatrisation et à une maladie avancées du foie, comme c’est le cas dans la cirrhose et d’autres affections. Une teneur élevée en graisse du foie est également associée à un risque accru de maladie cardiovasculaire.
Ces dernières années, les scientifiques ont identifié des centaines de modifications chimiques comme le m6A qui peuvent se produire dans les molécules d’ARN, altérant les instructions de l’ARN pour la fabrication des protéines sans affecter l’ADN de base. Certaines modifications peuvent être bénéfiques, comme dans le cas des maladies du foie, d’autres peuvent avoir un effet néfaste.
À l’aide d’un modèle unique de souris dépourvues de modifications de l’ARN m6A dans le foie et d’un modèle de contrôle incluant ces modifications, les auteurs ont comparé les effets de régimes alimentaires ayant des teneurs en graisses différentes afin d’évaluer les effets des modifications sur la maladie du foie gras. En outre, ils ont utilisé des mesures provenant de patients humains qui avaient subi des biopsies du foie au cours d’une chirurgie bariatrique pour corréler les marqueurs des modifications de l’ARN m6A avec la teneur en graisse du foie et l’inflammation.
Une question clé pour l’avenir est de savoir comment les facteurs génétiques et environnementaux affectent la capacité naturelle de l’organisme à créer des modifications de l’ARN. Étant donné que le m6A semble agir comme un point de contrôle protecteur qui ralentit l’accumulation de graisse dans le foie, les chercheurs espèrent que leurs résultats stimuleront les recherches futures sur le développement de thérapies visant à améliorer les modifications chimiques comme moyen de protection contre les maladies du foie et les troubles similaires.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *