Fructose, sucres et maladies métaboliques


Il existe actuellement une forte présomption que la consommation de sucres libres, et de boissons sucrées en particulier, joue un rôle dans la pathogenèse de l’obésité et de ses co-morbidités.

Cette présomption repose sur les mécanismes plausibles par lesquels le fructose contenu dans les sucres perturbe le métabolisme glucidique et lipidique, exerce un stress oxydatif, et génère des médiateurs secondaires toxiques en particulier dans le foie. Les données issues de grandes études de cohorte, montrant une association positive entre consommation de sucres et le risque de développer une obésité, un diabète ou des maladies cardiovasculaires est compatible avec l’hypothèse d’un effet délétère d’une consommation excessive de sucres. L’efficacité de stratégies de prévention des maladies non transmissibles reposant sur la réduction de consommation de fructose reste cependant à démontrer.

Source:

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0007996020300948

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *