Exercice, nutrition et fonction immunitaire


Des périodes d’effort prolongé et d’entraînement intensif sont associées à une fonction immunitaire déprimée.

De plus, une nutrition inadéquate ou inappropriée peut aggraver l’influence négative d’un effort intense sur l’immunocompétence. Les carences alimentaires en protéines et en micronutriments spécifiques sont depuis longtemps associées à un dysfonctionnement immunitaire. Un apport adéquat en fer, zinc et vitamines A, E, B6 et B12 est particulièrement important pour le maintien de la fonction immunitaire, mais des apports excessifs de certains micronutriments peuvent également altérer la fonction immunitaire et avoir d’autres effets néfastes sur la santé. La dépression du système immunitaire a également été associée à un apport excessif de graisses. Pour maintenir la fonction immunitaire, les athlètes devraient avoir une alimentation bien équilibrée suffisante pour répondre à leurs besoins énergétiques. Un athlète faisant de l’exercice dans un état dépourvu de glucides connaît une augmentation plus importante des hormones de stress circulantes et une perturbation plus importante de plusieurs indices de la fonction immunitaire. Inversement, la consommation de 30 à 60 g de glucides x h (-1) pendant un exercice intensif soutenu atténue les augmentations des hormones du stress telles que le cortisol et semble limiter le degré de dépression immunitaire induite par l’exercice. Des preuves convaincantes selon lesquelles les suppléments dits de “ renforcement immunitaire ”, y compris des doses élevées de vitamines antioxydantes, de glutamine, de zinc, de probiotiques et d’échinacée, préviennent la déficience immunitaire induite par l’exercice font actuellement défaut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *