Effets antioxydants de la vitamine E et risque de maladie cardiovasculaire chez les femmes souffrant d’obésité


Des habitudes alimentaires appropriées sont un élément vital du traitement des maladies cardiovasculaires (CV) et – selon les directives actuelles – un régime riche en antioxydants est généralement recommandé. Il n’est toutefois pas encore certain que les nutriments antioxydants doivent être complétés pour la santé cardiovasculaire et, dans l’affirmative, sous quelle forme et à quelle dose. Les données actuellement disponibles suggèrent que la vitamine E peut être essentielle dans la prévention des MCV, en particulier dans la maladie coronarienne et l’athérosclérose – néanmoins, la supplémentation en vitamine E peut être remise en question et peut même être associée à des résultats négatifs. En outre, les études actuelles soulignent la nécessité d’identifier des stratégies spécifiques au sexe, ce qui pourrait améliorer les directives relatives à la prévention et à la gestion des maladies cardiovasculaires (MCV).

Il convient également de souligner que la compréhension du rôle des variantes génétiques dans les gènes impliqués dans le métabolisme des VE peut également être cruciale pour des recommandations nutritionnelles plus précises pour les patients souffrant de MCV. Par conséquent, nous résumons les connaissances actuelles concernant les propriétés antioxydantes de la vitamine E, qui pourraient être essentielles du point de vue des MCV, et nous cherchons à évaluer si une supplémentation en vitamine E peut être bénéfique dans la prévention des MCV, en particulier dans le groupe à haut risque des femmes obèses.

Bien que la vitamine E semble être un nutriment antioxydant essentiel dans la prévention cardiovasculaire, les études et les essais cliniques actuellement disponibles ne fournissent aucune preuve concluante concernant une dose ou une forme sûre de supplémentation en vitamine E. Plusieurs raisons peuvent expliquer cela. Tout d’abord, la supplémentation en vitamine E (ou l’augmentation de l’apport alimentaire) ne peut être bénéfique qu’aux premiers stades des maladies cardiovasculaires – par exemple, l’athérosclérose – ou probablement, la durée de l’apport accru en vitamine E devrait être prolongée pour observer un effet positif dans les maladies avancées. Il ne faut pas oublier que les concentrations de vitamine E qui sont déterminées génétiquement sont plus susceptibles de refléter une exposition sur toute une vie, ce qui contraste avec les études ne portant que sur une exposition de courte durée. En outre, des études suggèrent que les suppléments de vitamine E devraient contenir non seulement de l’α-tocophérol mais aussi d’autres tocophérols. Deuxièmement, il convient de suggérer que les études portant sur l’influence de la supplémentation en vitamine E devraient évaluer l’apport initial en vitamine E et les concentrations sanguines initiales. Les observations pourraient également être limitées en raison de la confusion non contrôlée de facteurs non mesurés, par exemple, le régime alimentaire ou les apports d’autres antioxydants. En outre, à la lumière des données actuellement disponibles, il convient de privilégier les régimes riches en antioxydants – par exemple, le régime méditerranéen – plutôt que la supplémentation en vitamine E à forte dose uniquement. En tenant compte du risque cardiovasculaire spécifique aux femmes, on pourrait suggérer que des études supplémentaires se concentrent également sur la supplémentation en vitamine E en présence d’autres maladies associées au stress oxydatif, par exemple le syndrome des ovaires polykystiques ou la NAFLD, car elle pourrait être plus bénéfique que dans la population féminine générale.

Source :https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0261561422001510

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *