Des experts dentaires découvrent que le déséquilibre biologique est la raison du lien entre les maladies des gencives et des reins


Un déséquilibre entre les radicaux libres produisant de l’oxygène et les cellules antioxydantes de l’organisme pourrait être la raison pour laquelle les maladies des gencives et les maladies rénales chroniques s’influencent mutuellement, selon une nouvelle étude menée par l’université de Birmingham.

La parodontite – ou maladie des gencives – est une maladie inflammatoire courante qui provoque des saignements des gencives, des dents branlantes ou déviantes et qui peut éventuellement entraîner la perte des dents.
Des études antérieures ont montré un lien entre l’inflammation buccale sévère causée par la maladie des gencives et la maladie rénale chronique (MRC). Elles ont démontré que les personnes présentant une inflammation des gencives plus importante avaient une fonction rénale moins bonne.
Des recherches antérieures ont également montré que les patients atteints d’IRC et de parodontite subissent une baisse du taux de survie, d’une ampleur similaire à celle observée s’ils étaient atteints de diabète au lieu d’une inflammation des gencives, ce qui suggère que l’inflammation des gencives peut avoir un effet causal sur la fonction rénale.
Dans cette dernière étude, menée par des chercheurs de l’université de Birmingham, plus de 700 patients atteints de maladie rénale chronique ont été examinés à l’aide d’examens buccaux et corporels détaillés, y compris des prélèvements sanguins. L’objectif était de tester l’hypothèse selon laquelle l’inflammation parodontale et la fonction rénale s’influencent mutuellement et d’établir le mécanisme sous-jacent qui peut faciliter ce phénomène.
Les résultats ont montré qu’une augmentation de 10 % seulement de l’inflammation des gencives réduit la fonction rénale de 3 %. Dans ce groupe de patients, une détérioration de 3 % de la fonction rénale se traduirait par une augmentation du risque d’insuffisance rénale de 32 % à 34 % sur une période de 5 ans. Les résultats ont également montré qu’une réduction de 10 % de la fonction rénale augmente l’inflammation parodontale de 25 %.
Contrairement aux croyances actuelles selon lesquelles l’inflammation est le lien entre la parodontite et d’autres maladies systémiques, les chercheurs ont découvert pour la première fois que, dans ce groupe de patients, l’effet était dû à un processus biologique appelé “stress oxydatif”, c’est-à-dire un déséquilibre entre les espèces d’oxygène réactives et la capacité antioxydante de l’organisme, qui endommage les tissus au niveau cellulaire.
L’auteur principal, le Dr Praveen Sharma, du groupe de recherche sur la parodontie de l’école dentaire de l’université de Birmingham, a déclaré : “C’est la première fois que l’on quantifie le stress oxydatif : “Il s’agit du premier article à quantifier l’effet causal de la parodontite sur la fonction rénale et vice-versa, ainsi que du premier à élucider les voies impliquées.
“Il montre que même une réduction modeste de l’inflammation des gencives peut être bénéfique pour la fonction rénale. Étant donné qu’il est relativement facile d’obtenir une réduction de 10 % de l’inflammation des gencives, grâce à des mesures simples comme des techniques de brossage correctes et le nettoyage entre les dents, ces résultats sont très intéressants.
“Nous espérons que cette recherche ouvrira la voie à d’autres études visant à déterminer si les améliorations de la fonction rénale, suite à des soins parodontaux, se traduisent par une vie plus longue et plus saine pour les patients souffrant d’une maladie rénale chronique. Nous espérons également que l’hypothèse que nous avons identifiée pourra être testée dans d’autres groupes.”
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *