Des concentrations plasmatiques inférieures de glutathion, de choline et de bétaïne sont associées à la stéatose hépatique chez les femmes ménopausées.


Les femmes ménopausées présentent un risque élevé de stéatose hépatique, qui peut être associé à des anomalies du métabolisme monocarbone (MOC). Nous avons émis l’hypothèse que des concentrations plus faibles en folates, choline, bétaïne et glutathion (GSH), mais des concentrations plus élevées en homocystéine totale (tHcy) et TMAO sont associées à la stéatose hépatique chez les femmes ménopausées.

Nous avons cherché à identifier les relations entre le MCO et les biomarqueurs de la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) chez les femmes ménopausées. Cent trente et une femmes ménopausées ont participé à cette étude et ont été stratifiées en fonction de l’incidence de la FL sur la base de l’indice de stéatose hépatique (HSI). L’apport alimentaire a été évalué à l’aide de registres diététiques. Les concentrations d’aspartate aminotransférase et d’alanine aminotransférase dans le sérum ont été mesurées par la méthode colorimétrique. Les concentrations totales d’homocystéine et de GSH dans le plasma ont été mesurées par chromatographie liquide à haute performance. Les concentrations de folate et de phosphatidylcholine (PC) ont été déterminées dans les globules rouges à l’aide d’un test immunoenzymatique. Les concentrations des autres biomarqueurs du MCO ont été mesurées à l’aide de l’analyse par dilution isotopique. Les femmes atteintes de FL (HSI supérieur à 36) présentaient des concentrations de GSH, de choline et de bétaïne inférieures à celles des femmes non atteintes de FL (HSI inférieur à 36). Un niveau HSI plus élevé était corrélé négativement avec la bétaïne et le PC et positivement avec le rapport choline/bétaïne dans le plasma. Des concentrations plus faibles de GSH et plus élevées de carnitine dans le sang sont associées à un risque accru de FL. Les porteurs de l’allèle T du MTHFR (rs180130) avaient des niveaux de GSH plus faibles que les homozygotes CC.

Les femmes ménopausées atteintes de FL présentent des concentrations plus faibles de GSH, de choline et de bétaïne, ce qui pourrait jouer un rôle clé dans l’accumulation excessive de graisse dans le foie. Il semble donc important de prendre en compte les apports alimentaires de ces nutriments chez les femmes ménopausées.

Source : Lower plasma glutathione, choline, and betaine concentrations are associated with fatty liver in postmenopausal women – ScienceDirect

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *