Défis identifiés pour les nutritionnistes soutenant les para-athlètes souffrant d’un handicap des membres inférieurs


Les chercheurs de l’Université métropolitaine d’Osaka, le professeur Hisayo Yokoyama du Centre de recherche sur la santé et les sports urbains, l’associée de recherche spécialement nommée Miwako Deguchi et le professeur spécialement nommé Nobuko Hongu de l’École supérieure de la vie humaine et de l’écologie, ont interrogé des para-athlètes handicapés des membres inférieurs sur leur régime alimentaire et leur nutrition. L’enquête a porté sur six para-athlètes actifs participant à des compétitions de niveau international et sur un entraîneur para-sportif valide afin de clarifier les défis auxquels les para-athlètes sont confrontés en matière de nutrition sportive.

Alors que les athlètes non handicapés ont tendance à mettre l’accent sur la consommation de glucides, de protéines et de graisses comme sources d’énergie, presque tous les sujets interrogés ont indiqué qu’un régime riche en légumes et non biaisé en termes d’équilibre nutritionnel était idéal pour améliorer les performances sportives. On pense que cette attitude s’explique par le désir d’éviter de prendre du poids, ce qui limite l’utilisation du fauteuil roulant dans la vie quotidienne, et de prévenir les maladies liées au mode de vie, d’où l’hésitation entourant la prise alimentaire, plutôt que de se concentrer sur les régimes qui offrent des avantages nutritionnels pour améliorer les performances sportives.

L’équipe de recherche a constaté que les régimes que les para-athlètes considéraient comme idéaux n’étaient pas nécessairement optimaux pour améliorer les performances sportives, et même lorsqu’ils comprenaient ce qu’était un régime vraiment optimal, diverses caractéristiques de leur handicap imposaient des obstacles à la modification de leur régime.

“Les résultats de cette recherche aideront à combler le fossé de perception entre les para-athlètes et le personnel de soutien, y compris les nutritionnistes et les entraîneurs, afin de faciliter la coopération entre eux. Il est important que les nutritionnistes comprennent parfaitement les préoccupations et les difficultés des para-athlètes afin de former de bons partenariats avec eux et de les soutenir en matière de nutrition sportive”, a conclu le professeur Yokoyama.

Source :https://www.mdpi.com/2072-6643/14/18/3720

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *