Conseils sur le mode de vie pour prévenir le diabète de type 2


La qualité du régime alimentaire des personnes s’est améliorée et leur obésité abdominale et leur résistance à l’insuline ont diminué au cours d’une intervention sur le mode de vie d’une durée d’un an, selon les nouvelles conclusions de l’étude finlandaise StopDia. Cette étude, qui a porté sur 2 907 adultes finlandais présentant un risque élevé de diabète de type 2, est la première à examiner les effets d’une intervention de groupe sur le mode de vie, mise en œuvre dans le cadre de soins de santé primaires, sur les facteurs de risque du diabète de type 2. L’intervention sur le mode de vie a fait appel à une application numérique et à plusieurs théories de changement de comportement. Les résultats ont été publiés dans The Lancet Regional Health — Europe.

L’approche StopDia a été élaborée en collaboration avec de multiples parties prenantes

Dans le cadre de l’étude StopDia, une centaine de professionnels de la santé, dont des infirmières, des diététiciens et des moniteurs d’exercices, ont été formés à l’utilisation de l’approche de conseil de groupe StopDia, qui donne des moyens d’action.

“L’approche est le résultat de nombreuses années de co-création avec des professionnels de la santé impliqués dans le conseil de groupe. Nous savions donc que l’approche était bien adaptée à la pratique, mais il était important de disposer de preuves solides de son efficacité”, explique le professeur Pilvikki Absetz, qui était responsable de l’aspect comportemental des interventions.

Les changements de mode de vie étaient soutenus par l’application BitHabit, qui permettait aux participants de choisir de petites habitudes favorables à la santé, de les marquer comme réalisées et d’obtenir un retour sur leurs progrès. La bibliothèque de modes de vie de l’application contient plus de 400 habitudes qui peuvent être intégrées dans la vie quotidienne. L’application BitHabit a été développée par le Centre de recherche technique VTT de Finlande en collaboration avec l’Université de Finlande orientale et l’Institut finlandais de la santé et du bien-être dans le cadre de l’étude StopDia.

L’approche StopDia visant à prévenir le diabète de type 2 a été conçue et réalisée pour les soins de santé primaires en vue de soutenir les objectifs stratégiques de promotion de la santé. Des organisations de patients et des organisations non gouvernementales, des syndicats, des employeurs et d’autres parties prenantes ont été étroitement associés à la planification ainsi qu’au recrutement des participants en encourageant les gens à passer un test numérique de risque de diabète de type 2 et à participer à l’étude. En un an, plus de 26 000 personnes avaient passé le test de risque, et l’étude a recruté des adultes présentant un risque élevé de diabète de type 2.

“Il est devenu évident au cours de l’étude que l’identification complète des personnes présentant un risque de diabète de type 2 nécessite des efforts de la part de multiples acteurs, ainsi qu’une large collaboration”, explique le professeur Jussi Pihlajamäki, directeur de l’étude StopDia.

Au total, 2 907 participants à l’étude, répartis dans trois districts hospitaliers finlandais, ont été répartis au hasard en trois groupes : l’un a utilisé l’application BitHabit, l’autre a utilisé l’application BitHabit et a reçu des conseils en groupe, et le dernier était un groupe témoin. L’objectif n’était pas de perdre du poids, mais d’améliorer la qualité du régime alimentaire, d’augmenter l’activité physique, de réduire le temps sédentaire, d’améliorer le sommeil, de réduire la consommation d’alcool et d’arrêter de fumer, réduisant ainsi le risque de diabète de type 2.

Amélioration de la qualité du régime alimentaire, diminution de l’obésité abdominale

Dans le groupe utilisant l’application BitHabit et bénéficiant d’un conseil de groupe, la qualité du régime alimentaire des personnes s’est améliorée, elles mangeaient notamment plus de légumes et de graisses de meilleure qualité, et leur tour de taille a légèrement diminué, alors que des effets similaires n’ont pas été observés dans le groupe utilisant l’application seule.

“La qualité du régime alimentaire par rapport aux recommandations nutritionnelles officielles a été évaluée à l’aide de l’indice de l’alimentation saine, qui a été développé dans le cadre de l’étude StopDia. L’indice d’alimentation saine est bien adapté à la promotion de conseils sur le mode de vie, et il peut également être utilisé comme indicateur d’efficacité”, explique Jaana Lindström, directrice de recherche à l’Institut finlandais de la santé et du bien-être.

“Une alimentation de meilleure qualité réduit le risque de diabète de type 2, indépendamment des changements de poids de la personne. La participation à des séances de conseil en groupe et l’utilisation de l’application BitHabit ont permis d’améliorer la qualité de l’alimentation”, explique Kirsikka Aittola, chercheuse au doctorat.

L’engagement à utiliser l’application BitHabit a également permis d’augmenter l’activité physique et de réduire le temps passé en position sédentaire.

L’utilisation de l’application BitHabit en combinaison avec le conseil de groupe, et même sans, a légèrement ralenti le développement de la résistance à l’insuline, qui est un précurseur du diabète de type 2.

“Même des changements mineurs peuvent avoir un impact sur la prévention du diabète de type 2”, déclare le professeur Timo Lakka, directeur adjoint de l’étude StopDia.

Il est important de mettre en œuvre des interventions sur le mode de vie dans le cadre des soins de santé – il faut tenir compte des espoirs et des besoins individuels

“Nos résultats sont importants, car il s’agit de la première grande étude contrôlée, randomisée, mise en œuvre dans le cadre des soins de santé primaires et qui étudie les interactions entre les conseils en matière de mode de vie combinés, numériques et en groupe”, déclare Jussi Pihlajamäki.

Les résultats suggèrent que l’engagement dans le conseil en mode de vie, qu’il soit numérique ou en groupe, favorise les changements de mode de vie. D’autres analyses à réaliser dans le cadre de l’étude examineront les possibilités de fournir des conseils de plus en plus personnalisés sur le mode de vie.

Le risque de diabète de type 2 dans la population adulte finlandaise est élevé, avec près d’un demi-million de Finlandais actuellement touchés. Le coût des soins par individu diagnostiqué avec un diabète de type 2 est estimé à 3 900-8 300 euros par an, en fonction des comorbidités. L’objectif de l’étude d’intervention sur le mode de vie StopDia était de développer un modèle de soins de santé primaires fondé sur la recherche, rentable et permanent pour prévenir le diabète de type 2. Un autre objectif était que les gens reconnaissent leur propre risque de diabète de type 2, qu’ils soient mieux informés des possibilités de le prévenir et qu’ils obtiennent le soutien et les services nécessaires pour promouvoir des modes de vie sains.

Source :https://www.uef.fi/en/article/digital-and-group-based-lifestyle-counselling-to-prevent-type-2-diabetes-shows-real-world

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *