Conseils pour sportifs: Kältetherapie pour récupération turbo

ice-cubes-1224804_960_720

La kältetherapie ou thérapie par le froid est une méthode très ancienne qui consiste à plonger une partie ou tout le corps dans de l’eau froide, voire glacée, pendant une courte période afin de booster les mécanismes de la régénération chez des patients ou des personnes affaiblies.

 

Pourquoi est-ce intéressant pour les sportifs ?

Un sportif est souvent sujet aux blessures, mais ce n’est pas la raison d’utilisation de la thérapie par le froid. Il s’agit, en fait, stimuler la régénération des zones de l’appareil locomoteur ayant subit des microblessures (musculaire, cartilagineuse…) lors de l’entraînement. En effet, à la fin de chaque séance d’entraînement le sportif accumule un certain nombre d’altérations tissulaires et moléculaires. Le système de la régénération qui est régulé par le parasympathique se déclenche aussitôt que l’athlète se met au repos. Tous les systèmes réparateurs sont mobilisés (immunitaire, hépatique, rénal, muqueuses…etc.). Le froid est un inhibiteur du parasympathique, ce qui fait que pendant la phase où l’athlète sera plongé dans le bain froid (ou glacé), c’est le sympathique qui prédomine. L’intensité du froid augmente le niveau d’activation du sympathique car, souvenez vous, le tissu cutané est exclusivement innervé par des terminaisons sympathiques. Plus ce dernier est activé durant la période d’exposition au froid, plus il sera épuisé après la phase d’exposition au froid, plus le parasympathique reprendra avec vigueur, ce qui fait lancer les processus de régénération de manière spectaculaire.
C’est le principe neurophysiologique de la Kältetherapie.

 

Principes d’application:

– L’exposition au froid peut se faire sur l’ensemble du corps ou sur une ou plusieurs parties du corps. Il ne s’agit pas d’exposer la partie la plus sollicitée au cours de l’entraînement car l’effet est toujours général. Si vous exposez les pieds, il n’y aura pas plus d’effets sur les pieds que les mains ou la tête ou toute autre partie du corps.

– On expose toujours les zones les plus riches en terminaisons nerveuses et donc les plus susceptibles d’agir efficacement sur le sympathique. Les pieds et les mains sont les parties les plus innervées et qui supportent le mieux le froid. Faire attention, si on utilise les chambres froides, à bien protéger les extrémités, la tête et une bonne partie du visage.

– Afin d’augmenter l’effet d’activation du sympathique on peut soit augmenter la zone de contact, l’intensité du froid ou la durée d’exposition.

– Dans le cas d’une exposition au froid du corps entier, avoir toujours un accompagnateur, afin qu’il puisse intervenir en cas de choc anaphylactique.

– Dans tous les cas protéger la tête, le visage et les parties génitales.

– La durée d’exposition doit être au départ de moins de 10 secondes afin de sonder la réaction du corps. L’augmenter ensuite progressivement jusqu’à 2 minutes maximum s’il s’agit d’une température de 5° à 15° et moins d’une minute si la température est inférieure à 5°.

– La première fois vous pouvez avoir les effets secondaires suivants: angine, rhume, maux de tête, fièvre, fatigue…etc. Si, après la troisième exposition vous avez toujours certains de ces symptômes alors la kältetherapie n’est peut être pas faite pour vous. Ces effets indésirables sont dus à une suractivation du parasympathique qui n’est pas tolérée par les organes.

– Immédiatement après la séance, couvrez vous amplement.

– Pour les sportifs, les séances d’exposition au froid doivent se faire immédiatement après la séance d’entraînement.

– Après une dizaine de séances, on peut effectuer des alternances, bain chaud/ bain froid/ Bain glacé (2/1/2), afin d’augmenter le niveau d’activation du sympathique.

– Une séance par semaine est très suffisante pour un sportif de haut niveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *