Comment les femmes peuvent réduire le risque de fracture de la hanche


  • Augmenter la consommation de protéines de 25 g par jour pourrait réduire le risque de fracture de la hanche de 14 %.

Selon une nouvelle étude, les femmes pourraient réduire leur risque de fracture de la hanche en augmentant leur consommation de protéines et en buvant régulièrement des tasses de thé ou de café.

Des chercheurs en alimentation de l’université de Leeds, au Royaume-Uni, ont découvert que, chez les femmes, une augmentation de 25 g de protéines par jour était associée, en moyenne, à une réduction de 14 % du risque de fracture de la hanche. Fait surprenant, ils ont également découvert que chaque tasse de thé ou de café supplémentaire consommée par les femmes était liée à une réduction de 4 % du risque.

Dans un article publié dans la revue Clinical Nutrition, les chercheurs ont noté que les avantages en termes de protection étaient plus importants pour les femmes présentant une insuffisance pondérale, une augmentation de 25 g/jour de protéines réduisant leur risque de 45 %.

Les protéines peuvent se présenter sous n’importe quelle forme : viande, produits laitiers ou œufs ; et pour les personnes suivant un régime végétal, sous forme de haricots, de noix ou de légumineuses. Trois à quatre œufs apportent environ 25 g de protéines, tout comme un steak ou un morceau de saumon. 100 g de tofu fournissent environ 17 g de protéines.

Un peu plus de 3 % des femmes du groupe étudié ont subi une fracture de la hanche.

Étude d’observation

L’enquête – Aliments, nutriments et risque de fracture de la hanche : A prospective study of middle-aged women – est basée sur une vaste analyse d’observation portant sur plus de 26 000 femmes.

En tant qu’étude d’observation, les chercheurs ont pu identifier les associations entre les facteurs du régime alimentaire et la santé. Ils n’ont pas pu établir de lien direct de cause à effet.

James Webster, chercheur doctoral à l’école des sciences de l’alimentation et de la nutrition de Leeds, qui a dirigé l’étude, a déclaré : “Dans le monde entier, les coûts pour les individus et les sociétés causés par la fracture de la hanche sont énormes.

“La fracture de la hanche peut souvent entraîner d’autres maladies chroniques, une perte d’indépendance et un décès prématuré. Au Royaume-Uni, le coût annuel pour le NHS se situe entre 2 et 3 milliards de livres sterling.

“Le régime alimentaire est un facteur que les gens peuvent modifier pour se protéger en maintenant des os et des muscles sains. Cette étude est l’une des premières à examiner les relations entre les apports en aliments et en nutriments et le risque de fracture de la hanche, les fractures de la hanche étant identifiées avec précision grâce aux dossiers hospitaliers.

“Les résultats mettent en évidence les aspects de l’alimentation qui peuvent être des outils utiles pour réduire le risque de fracture de la hanche chez les femmes, avec des preuves de liens entre des apports plus élevés en protéines, thé et café et un risque réduit.”

Les protéines sont les éléments de base de la vie et sont nécessaires au bon fonctionnement des cellules, des tissus et des muscles, ainsi qu’à la santé des os.

L’apport en protéines recommandé au Royaume-Uni est de 0,8 g par kilogramme de poids corporel par jour, une limite que certains experts en nutrition estiment trop basse. Comme l’a révélé l’étude, les personnes qui avaient une consommation de protéines plus élevée présentaient une réduction du risque de fracture de la hanche. Toutefois, une consommation de protéines très élevée – supérieure à 2 à 3 g de protéines par kilogramme de poids corporel et par jour – peut avoir des effets négatifs sur la santé. L’étude n’a pas permis d’explorer ces niveaux d’apport protéique très élevés.

Le professeur Janet Cade, qui dirige le groupe d’épidémiologie nutritionnelle à Leeds et a supervisé la recherche, a déclaré : “Au Royaume-Uni, la plupart des gens consomment une quantité adéquate de protéines, mais certains groupes, comme les végétariens ou les végétaliens, doivent vérifier que leurs apports en protéines sont suffisamment élevés pour être en bonne santé.”

Pourquoi les femmes en sous-poids peuvent voir leur risque diminuer davantage

Les femmes en sous-poids sont plus susceptibles d’avoir une densité minérale osseuse et une masse musculaire réduites. L’augmentation des apports en plusieurs aliments et nutriments, en particulier en protéines, peut contribuer à réduire davantage le risque de fracture de la hanche chez les femmes présentant une insuffisance pondérale que chez les femmes en bonne santé ou en surpoids, en contribuant à établir ou à rétablir la santé des os et des muscles. Les chercheurs notent toutefois que ce résultat doit être confirmé par d’autres recherches.

Le thé et le café contiennent tous deux des composés biologiquement actifs appelés polyphénols et phytoestrogènes qui peuvent contribuer à préserver la santé des os.

Le professeur Cade a ajouté : “Il s’agit d’une découverte intéressante étant donné que le thé et le café sont les boissons préférées des Britanniques. Nous devons encore en savoir plus sur la manière dont ces boissons pourraient affecter la santé des os, mais il se pourrait que ce soit en favorisant la quantité de calcium présente dans nos os.”

Source :https://www.clinicalnutritionjournal.com/action/showPdf?pii=S0261-5614%2822%2900393-4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *