Comment les bactéries intestinales agissent sur l’inflammation intestinale ?


Les acides biliaires fabriqués par le foie sont connus depuis longtemps pour leur rôle essentiel dans l’absorption des aliments que nous ingérons.

Mais, selon une série de nouvelles études de la Harvard Medical School, ces substances qui dissolvent les graisses et les vitamines sont également des acteurs importants de l’immunité et de l’inflammation intestinales, car elles régulent l’activité de cellules immunitaires clés liées à une série d’affections intestinales inflammatoires, telles que la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn.

Un premier rapport publié en 2020 a décrit les effets des acides biliaires sur l’immunité intestinale des souris, mais a laissé certaines questions clés sans réponse : Premièrement, comment les acides biliaires permettent-ils aux cellules immunitaires intestinales d’effectuer leur travail de régulation immunitaire ? Deuxièmement, quelles bactéries et enzymes bactériennes produisent ces acides biliaires ? Troisièmement, ces acides biliaires jouent-ils un rôle dans l’inflammation intestinale humaine ?

Aujourd’hui, deux études menées par la même équipe de chercheurs – l’une publiée le 16 mars dans Nature et l’autre dans Cell Host & Microbe en 2021 – répondent à ces questions et clarifient davantage les observations initiales. Les recherches, menées à l’intersection de la biologie chimique, de la microbiologie et de l’immunologie, ont été codirigées par Sloan Devlin, professeur adjoint de chimie biologique et de pharmacologie moléculaire, et Jun Huh, professeur associé d’immunologie à l’HMS.

Les études identifient trois métabolites d’acides biliaires et les gènes bactériens correspondants qui produisent des molécules affectant l’activité des cellules immunitaires régulatrices de l’inflammation. Les travaux démontrent également que la présence et l’activité de ces bactéries et des molécules immunitaires qu’elles produisent sont notablement réduites chez les patients atteints de maladies inflammatoires de l’intestin (MII).

“Nous portons des trillions de bactéries dans et sur notre corps, et un nombre croissant de recherches indique que les bactéries intestinales peuvent affecter les réponses immunitaires de l’hôte”, a déclaré Huh. “Nos résultats fournissent un nouvel aperçu mécanistique de la façon dont ces bactéries agissent pour médier la régulation immunitaire dans l’intestin.”

Les résultats, basés sur des expériences menées sur des souris et des échantillons de selles humaines, révèlent l’identité de trois acteurs microbiens essentiels dans cette cascade et les gènes bactériens qui régulent la modification des acides biliaires. En outre, ils montrent que les échantillons intestinaux de patients souffrant d’affections telles que la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn présentent des niveaux nettement inférieurs de molécules anti-inflammatoires et de gènes bactériens responsables de leur production.

Ces résultats rapprochent les scientifiques du développement de traitements à base de petites molécules et de bactéries vivantes qui régulent l’inflammation intestinale.

“Les trois molécules et les gènes bactériens que nous avons découverts et qui produisent ces molécules sont réduits chez les patients atteints de MII”, a déclaré Devlin. “Rétablir la présence soit des composés, soit des bactéries qui les produisent, offre une voie thérapeutique possible pour traiter une série de maladies inflammatoires marquées par ces déficiences et touchant des millions de personnes dans le monde.”

Source :https://hms.harvard.edu/news/countering-gut-inflammation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *