Carence en vitamine B12 : un facteur de risque cardiovasculaire ? Review

Hydroxocobalamin_Injection

Il est aujourd’hui communément admis qu’un régime exclusivement végétalien constitue un terrain fertile vers de nombreuses maladies en raison des carences qu’il engendre sur le moyen et long terme. Parmi les déficiences reconnues par toute la communauté scientifique, la carence en vitamine B12. La vitamine B12 n’est pas seulement une vitamine, c’est une coenzyme d’une importance capitale dans le maintien du bon fonctionnement du système cardiovasculaire. Dans la revue de la littérature (2015) présentée dans cet article, les auteurs s’attardent sur les conséquences d’un régime exclusivement végétalien par rapport à la santé cardiovasculaire des végétaliens. L’augmentation du taux sanguin d’homosystéine est la racine du problème. En effet, les auteurs nous montrent qu’un taux d’homocystéine supérieur à 10µmol/L est un facteur de risque d’atteinte cardiovasculaire. L’augmentation du taux d’homocystéine est justement due à une carence en B12. Des taux d’homocystéine supérieurs à 10µmol/L ont été souvent constatés chez les adeptes du régime végétalien. La supplémentation en vitamine B12 pour les végétaliens s’impose alors comme une nécessité.

Résumé :

“Le but de cet article est de décrire le rôle de la carence en vitamine B12 dans le développement des maladies cardiovasculaires chez les végétaliens. Les végétaliens ont une forte prévalence de carence en vitamine B12. La carence en cette vitamine est associée à une variété de processus athérogène qui sont principalement, mais non exclusivement, dus à une hyperhomocystéinémie causée par une déficience en vitamine B12. Chaque augmentation de 5 µmol /L  au dessus de la limite de 10 µmol /L de l’homocystéine sérique est associée à un risque accru de 20% de problèmes de santé cardiovasculaires. La concentration moyenne d’homocystéine supérieure à 10 µmol /L chez les végétaliens a été signalée dans 32 rapports parmi 34. La macrocytose associée à une carence en vitamine B12 est également associée à des maladies coronariennes fatales et non fatales, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, et d’autres problèmes de santé circulatoire. En comparaison avec les non-végétaliens, les végétaliens ont un meilleur profil au niveau des facteurs de risque de maladies cardio-vasculaires traditionnels, y compris les lipides sériques, la pression artérielle, la concentration sérique de glucose, et le statut pondéral. Cependant, plusieurs études qui ont évalués l’incidence des maladies cardio-vasculaires chez les végétaliens n’ont pas rapportés un effet protecteur. Parmi les études qui ont rapportés une prévalence plus faible de problèmes de santé circulatoire, l’effet n’a pas été aussi prononcé que prévu, ce qui peut être le résultat d’un état de déficience en vitamine B12 en raison d’un régime végétalien. La carence en vitamine B12 peut éliminer les avantages de prévention des maladies cardiovasculaires dus aux régimes végétaliens. Afin de réduire davantage le risque de maladies cardio-vasculaires, les végétaliens devraient être invités à utiliser des suppléments de vitamine B12.”

Lire la review :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25998928

Lire aussi :

 

Alimentation omnivore versus herbivore : et la clownerie continue..

Un régime vegan est mauvais pour la santé vous disent les allemands

Végétalisme et industrie agroalimentaire, des conséquences de la mondialisation

Mythe du cholestérol ou la prostitution de la science moderne

Sodium : La carence est beaucoup plus grave que l’excès (Non au régime sans sel)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *