Association entre régimes végétariens et pathologies chroniques : une approche épidémiologique


L’intérêt pour les régimes végétariens est croissant. La proportion de végétariens dans la population est d’environ 2 %.

L’adoption d’un régime végétarien a des effets potentiellement bénéfiques pour la santé mais pourrait, s’il est mal conduit, ne pas permettre de couvrir l’ensemble des besoins nutritionnels. Les études épidémiologiques conduites sur des populations spécifiques, incluant des végétariens majoritairement bien informés (cohortes d’Oxford et des adventistes) retrouvent une diminution du risque d’obésité, de mortalité et de maladies vasculaires. Ces résultats suggèrent un bénéfice du régime végétarien bien conduit en termes de santé. Cependant, les risques liés à des régimes mal conduits sont insuffisamment évalués dans ces études épidémiologiques, notamment chez les personnes âgées et les enfants et les adolescents en période de croissance. Le bénéfice supplémentaire apporté par un régime végétarien en comparaison d’un régime omnivore de bonne qualité nutritionnelle reste à évaluer.

Source:

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S000799601930135X

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *