Association entre les principaux modes d’alimentation et l’état de santé métabolique chez les adolescents en surpoids et obèses


L’association entre les principaux modèles alimentaires et l’état de santé métabolique chez les adolescents a été peu étudiée, en particulier dans la population du Moyen-Orient. Notre objectif était d’évaluer l’association entre les principaux modèles alimentaires et l’état de santé métabolique chez les adolescents en surpoids ou obèses.
Dans cette étude transversale, les apports alimentaires habituels de 203 adolescents en surpoids/obèses sélectionnés par une méthode d’échantillonnage aléatoire en grappes à plusieurs degrés ont été évalués par un questionnaire de fréquence alimentaire validé. Les indices anthropométriques et les valeurs de la pression sanguine ont été mesurés. Des échantillons de sang à jeun ont été obtenus pour déterminer les concentrations d’insuline, de glucose et le profil lipidique. Deux méthodes (les critères modifiés de la Fédération internationale du diabète (FID) et les critères de la FID accompagnés d’une résistance à l’insuline ou HOMA-IR>3,16) ont été appliquées pour classer les participants en obèses métaboliquement sains (MHO) ou en obèses malsains (MUO). Résultats : Deux principaux modèles alimentaires, de type méditerranéen et occidental, ont été identifiés. Après ajustement des facteurs de confusion potentiels, une forte adhésion au modèle alimentaire de type méditerranéen était liée à une réduction de 72% (OR : 0,28 ; 95%CI : 0,10-0,76) et de 67% (OR : 0,33 ; 95%CI : 0,11-0,98) du risque d’être MUO selon les définitions IDF et HOMA-IR, respectivement. Une plus grande adhésion au modèle alimentaire occidental était liée à une probabilité plus élevée d’être MUO, que ce soit dans les modèles bruts ou ajustés dans les deux définitions du statut métabolique (pour la définition IDF : OR : 9,85 ; 95%CI : 2,75-35,19, pour la définition HOMA-IR : OR : 9,15 ; 95%CI : 2,02-41,52, dans le modèle entièrement ajusté).
Nous avons trouvé une association inverse entre le modèle alimentaire de type méditerranéen et les probabilités de MUO chez les adolescents iraniens en surpoids/obèses, tandis que le modèle alimentaire occidental était associé à une probabilité accrue d’être MUO. D’autres études, en particulier de nature prospective, sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Source :https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0899900722002064

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *