Association entre les habitudes alimentaires et la dépression


La dépression étant l’affection psychiatrique dont les coûts sociétaux sont les plus élevés dans les pays industrialisés, il est nécessaire de recueillir des informations de recherche sur le rôle de la nutrition dans la dépression afin de fournir des recommandations et d’orienter les futurs traitements de santé. L’observation de pratiques alimentaires saines a été liée à une diminution des symptômes de la dépression ; cependant, on ne sait pas si cela est attribuable à certains ou à tous les composants. L’objectif de cette étude était de réaliser un examen systématique des études observationnelles et systématiques analysant l’association entre les habitudes alimentaires et la dépression chez les adolescents, les adultes et les personnes âgées. Une variété de maladies chroniques non transmissibles et de décès ont été liés à des facteurs liés à l’alimentation et à d’autres modes de vie tels que l’inactivité physique, la consommation de cigarettes et d’alcool. Plusieurs études ont montré que les personnes âgées sont plus susceptibles de souffrir de malnutrition et de dépression, ce qui peut nuire à leur santé et à leur bien-être général. Il est suggéré qu’une bonne alimentation, dès le début de la vie, est un facteur qui peut avoir un impact important sur la santé mentale d’une personne. Il est essentiel d’identifier les changements dans les pratiques de soins primaires afin d’améliorer la qualité de vie et de prévenir les complications. L’examen systématique comprenait des articles présentant des études humaines et publiés en anglais jusqu’en janvier 2021, analysant l’association entre les habitudes alimentaires et la santé mentale, tandis que nous avons étudié un groupe de personnes d’âge mixte. Nous avons inclus trois examens systématiques, trois études transversales, deux cohortes et une méta-analyse. D’après les résultats de notre revue systématique des études observationnelles, les preuves observationnelles suggèrent que le fait de suivre un régime alimentaire sain, en particulier en incorporant des légumes et des fruits, et d’éviter un régime pro-inflammatoire comme la malbouffe, les fast-foods et la consommation élevée de viande, peut réduire le risque de développer des symptômes dépressifs ou une dépression clinique. Par conséquent, nous recommandons que la relation entre l’alimentation et la dépression soit étudiée dans des cohortes prospectives et des études contrôlées randomisées bien conçues et disposant de preuves plus concluantes concernant l’implication de l’alimentation et la dépression.`

Source :https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9828042/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *