Vitamine C.. impact sur le cancer.. Preuves scientifiques implacables


 

Recherches publiées :

http://www.orthodiet.org/wp-content/uploads/2016/01/srep13973.pdf

http://www.orthodiet.org/wp-content/uploads/2016/01/srep13896.pdf

http://www.orthodiet.org/wp-content/uploads/2016/01/kjfm-36-278.pdf

http://www.orthodiet.org/wp-content/uploads/2016/01/jcav06p0913.pdf

http://www.orthodiet.org/wp-content/uploads/2016/01/cr20167a.pdf

http://www.orthodiet.org/wp-content/uploads/2016/01/7426.pdf

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=vitamin+c+cancer

Mathématiques appliquées à la biologie et à la psychologie des foules, phénomènes de perlocation


Les mathématiques appliquées

Les choses vécues au quotidien s’expliquent par des théories mathématiques. Ici, il est question de la théorie de la perlocation. Cette dernière est en effet observée à la fois dans la biologie humaine, dans la sociologie, mais aussi dans la psychologie.  Inventée en 1957, cette théorie a été établie afin de répondre à certains questionnements en rapport avec les sciences humaines, les sciences de la matière et la biologie. Lire la suite…

Le burn out


Le burn-out ou l’affaiblissement professionnel

Le burn-out se définit comme un cas dépressif rattaché au milieu professionnel.  Il se distingue par un état de fatigue général qui peut à la fois être psychique ou émotionnel. Dans la plupart des cas, la croissance du chômage ainsi que la crainte de perdre un emploi augmentent la survenue de symptômes de stress et de burn-out.

Lire la suite…

L’équilibre radicaux libres/ antioxydants


 Free radical and antioxidant - FR
C’est aux ingénieurs britanniques de l’automobile que l’on doit la découverte de la théorie des radicaux libres. En effet, dès 1956, le professeur Denham Herman de l’université de Nebraska a mis au point sa théorie dite des radicaux libres et des antioxydants en se basant sur les travaux de scientifiques britanniques qui essayaient de comprendre le phénomène de l’usure des pneumatiques de l’automobile.

Lire la suite…

Comment l’inflammation de l’intestin provoque le cancer du côlon


 L’inflammation chronique dans l’intestin augmente le risque de cancer du côlon jusqu’à 500%, et les chercheurs de l’Université Duke pensent désormais qu’ils savent pourquoi.

Leur nouvelle étude indique un biomarqueur dans la machinerie cellulaire qui pourrait non seulement servir d’alerte précoce du cancer du côlon, mais pourrait également être exploité pour lutter contre les formes avancées de la maladie.

Publié dans la revue  Cell Stem Cell , les ingénieurs biomédicaux de Duke montrent comment le développement du cancer du côlon est étroitement lié à un microARN spécifique qui dicte le mode de division des cellules.

Dans l’étude, le groupe s’est concentré sur un microARN appelé miR-34a qui donne aux cellules souches cancéreuses la capacité de se diviser de manière asymétrique. Ce processus contrôle la population de cellules souches cancéreuses et génère un ensemble diversifié de cellules.

Les chercheurs savaient que miR-34a était responsable de cette capacité, mais personne ne savait d’où elle venait, car des cellules souches saines et normales du côlon ne se divisent pas asymétriquement et ne nécessitent pas ce micro-ARN. Ils se sont demandé s’il existait une mutation propre aux cellules souches du cancer ou un rôle caché pour le microARN dans la physiologie normale.
Pour le savoir, les chercheurs ont supprimé miR-34a du code génétique de certaines souris. Mais rien ne s’est passé. Cependant, le problème est apparu lorsque les tissus de la souris ont été enflammés. Sans microARN miR-34a, les cellules souches ont rapidement perdu leur contrôle et ont formé de nombreuses structures ressemblant à des tumeurs.

Sur la base de l’étude, le groupe a conclu que même si miR-34a est actif dans le cancer, mais pas seulement le miR-34a. il est déclenché pour agir lorsque l’intestin devient enflammé, miR-34a force le processus de division asymétrique, aidant à contrôler les populations de cellules souches normales.

Même aux premiers stades de la croissance tumorale, le microARN reste actif pour limiter la population de cellules souches cancéreuses. Au fur et à mesure que le cancer progresse, ses cellules développent des mutations qui permettent de couper miR-34a, entraînant la division des cellules en hybrides flexibles qui peuvent se reconvertir en cellules souches si nécessaire. C’est cette flexibilité qui rend les cancers à un stade avancé si difficiles à éradiquer.

Avec un test visant à rechercher des niveaux élevés de miR-34a, les chercheurs pourraient créer un système d’alerte précoce permettant de dépister les cancers à un stade précoce, lorsqu’il est beaucoup plus facile de les guérir. Et comme traitement possible du cancer en phase terminale, les chercheurs tentent de faire en sorte que les cellules cancéreuses expriment à nouveau miR-34a. Cela empêcherait les cellules tumorales de gagner en souplesse pour revenir aux cellules souches et permettrait aux médecins de les éliminer une fois pour toutes.

Les essais cliniques tentent actuellement de faire cela dans plusieurs types de cancer, mais il s’agit de la première étude qui montre que cela pourrait également fonctionner pour le cancer du côlon. La découverte aidera également les chercheurs à concevoir des essais cliniques et à sélectionner les patients qui ont les meilleures chances de répondre au traitement.

http://sciencemission.com/site/index.php?page=news&type=view&id=cancer%2Fhow-gut-inflammation

Dysfonctionnement temporo-mandibulaires


L’articulation temporo-mandibulaire est une charnière qui relie la mandibule aux os temporaux du crâne, situés devant chaque oreille. Elle vous permet de bouger la mâchoire de haut en bas et d’un côté à l’autre ce qui permet de parler, mâcher et bâiller.

cette articulation est sujette à des altérations appelées dysfonctionnement temporo-mandibulaires (TMD).  Lire la suite…

Mitochondries et maladies gingivales


Histoire des mitochondries

Voici un récit qui se déroule comme le meilleur conte de science-fiction jamais écrit. C’est la relation entre les bactéries et les mitochondries, et éventuellement la maladie des gencives. Il y a très longtemps – environ 4 milliards d’années – la vie a commencé sur Terre en tant qu’organisme unicellulaire sans noyau. Lire la suite…

Nutrition, santé orale et rôle du dentiste-nutritionniste


Pourquoi la nutrition doit-elle faire l’objet d’un intérêt majeur pour les chirurgiens-dentistes ?

Les données scientifiques et épidémiologiques montrent une synergie remarquable entre le mode alimentaire et l’intégrité de la cavité buccale en matière de santé et de maladie. La santé bucco-dentaire et la nutrition ont une relation à multiples facettes. Lire la suite…

Les secrétions salivaires dans la santé et la maladie


Dans sa célèbre expérience, le psychologue Pavlov a découvert le concept de conditionnement classique basé sur la stimulation de la production salivaire chez le chien. Il identifia la relation entre la nourriture et la sécrétion salivaire. Ce conditionnement associatif est très présent chez l’humain, d’ailleurs l’effet placebo se base en partie sur le conditionnement associatif. Lire la suite…

1 2 3 32