Fluctuations du cholestérol et des triglycérides : un lien avec le risque de maladie d’Alzheimer ?

Introduction: La maladie d’Alzheimer et les démences associées sont des préoccupations majeures pour la population vieillissante. Une nouvelle étude publiée dans la revue Neurology® suggère que les niveaux fluctuants de cholestérol et de triglycérides chez les personnes âgées pourraient augmenter le risque de développer ces troubles cognitifs. Bien que cette étude n’établisse pas de lien de cause à effet, elle souligne l’importance des dépistages réguliers pour identifier les individus à risque.

L’étude et ses conclusions: Menée par le Dr Suzette J. Bielinski de la Mayo Clinic, cette étude a analysé les données de santé de plus de 11 000 personnes âgées de 60 ans et plus, sans antécédents de démence. Les chercheurs ont évalué les mesures de cholestérol et de triglycérides prises sur plusieurs jours au cours des cinq années précédentes. Les participants ont été répartis en cinq groupes en fonction de l’amplitude des fluctuations.

Au cours des 13 années de suivi, près de 2 500 participants ont développé la maladie d’Alzheimer ou une autre forme de démence. Après ajustement des facteurs tels que le sexe, la race, l’éducation et les traitements lipidiques, les chercheurs ont constaté une corrélation intéressante. Les personnes du groupe présentant les fluctuations les plus élevées avaient un risque accru de 19 % de développer une démence par rapport à celles du groupe présentant les fluctuations les plus faibles pour le cholestérol total. De même, les individus ayant les fluctuations les plus élevées de triglycérides avaient un risque accru de 23 %. Toutefois, aucune association significative n’a été observée entre les fluctuations de LDL et de HDL et le risque de démence.

Implications et perspectives futures: Les mécanismes exacts reliant les fluctuations lipidiques au développement de la maladie d’Alzheimer restent flous. Cependant, cette étude met en évidence l’importance des dépistages réguliers du cholestérol et des triglycérides pour détecter les personnes à risque. En identifiant ces fluctuations, les professionnels de la santé pourront mieux comprendre les mécanismes sous-jacents de la démence et explorer des stratégies préventives.

Conclusion: Cette étude souligne la corrélation entre les fluctuations du cholestérol et des triglycérides et le risque accru de maladie d’Alzheimer. Les dépistages réguliers des lipides peuvent jouer un rôle essentiel dans l’identification précoce des individus à risque. Cependant, davantage de recherches sont nécessaires pour comprendre pleinement les liens complexes entre les fluctuations lipidiques et le déclin cognitif. En continuant d’explorer ces liens, nous pourrons développer des stratégies préventives efficaces pour réduire le fardeau de la démence sur les individus et les familles dans le contexte de la nutrition.

Source : https://www.aan.com/PressRoom/Home/PressRelease/5098

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *