Évaluation comparative des outils de dépistage nutritionnel pour les patients atteints de cancer colorectal

Le dépistage nutritionnel des patients atteints de cancer colorectal est crucial pour évaluer leur état nutritionnel et améliorer leur prise en charge. Plusieurs outils ont été développés pour évaluer la malnutrition chez ces patients, tels que les critères du Global Leadership Initiative on Malnutrition (GLIM), le Nutritional Risk Screening 2002 (NRS-2002) et le Patient-Generated Subjective Global Assessment (PG-SGA). Cependant, des opinions divergentes existent parmi les cliniciens quant à la simplicité et à l’efficacité de ces outils. Dans cette étude, nous avons évalué la sensibilité, la spécificité et la prédiction de la survie globale (OS) de ces trois outils, et comparé les résultats obtenus.

Les données analysées dans cette étude proviennent d’une cohorte de 1 358 patients adultes atteints de cancer colorectal, recrutés dans plusieurs centres entre juillet 2013 et juillet 2018. Un modèle de classe latente bayésien (LCM) a été utilisé pour évaluer la sensibilité et la spécificité des critères GLIM, du NRS-2002 et du PG-SGA, en ajustant les biais liés aux références standards imparfaites. Des analyses de survie ont également été réalisées pour évaluer l’association entre l’état nutritionnel et la survie globale des patients.

Les modèles de Kaplan-Meier ont révélé que chaque outil était significativement prédictif de la survie globale : NRS-2002 (1,28), GLIM (1,49) et PG-SGA (1,42). L’utilisation de l’un de ces outils a amélioré la prédiction de la survie par rapport au stade tumoral seul. Le NRS-2002 présente une spécificité supérieure (0,90) pour diagnostiquer les patients sans déficits nutritionnels (GLIM = 0,62 et PG-SGA = 0,82).

Cette étude apporte des preuves en faveur de la supériorité du NRS-2002 pour identifier avec précision les patients atteints de cancer colorectal sans limitations nutritionnelles. Comparé à la complexité des autres outils, le NRS-2002 est l’outil le plus simple à utiliser dans le dépistage nutritionnel de routine en pratique clinique chargée. Ces résultats soulignent l’importance de choisir un outil de dépistage nutritionnel approprié pour une évaluation précise de l’état nutritionnel des patients atteints de cancer colorectal, ce qui peut avoir un impact significatif sur leur prise en charge et leur pronostic. Des études supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats et évaluer l’applicabilité de ces outils dans d’autres populations de patients.

Source : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0895435622001159

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *