Est-il vraiment sain de restreindre l’apport en protéines chez les personnes ayant subi une transplantation rénale ?

La sagesse conventionnelle veut qu’un faible apport en protéines soit essentiel pour les patients souffrant de maladies rénales. Cependant, des scientifiques de l’Université métropolitaine d’Osaka ont démontré que ce n’était pas toujours le cas grâce à leur récente étude sur la relation entre l’apport en protéines et la masse musculaire squelettique chez les transplantés rénaux. Leurs conclusions ont été publiées dans Clinical Nutrition.

On sait que les patients atteints d’insuffisance rénale chronique présentent une sarcopénie induite par l’inflammation chronique, l’hypercatabolisme, la diminution de l’apport en nutriments et la réduction de l’activité physique associée à l’altération de la fonction rénale. La récupération de la fonction rénale grâce à une transplantation rénale réussie est capable de corriger ou d’améliorer bon nombre de ces anomalies physiologiques et métaboliques. Par conséquent, les transplantés rénaux augmentent leur masse musculaire squelettique après la transplantation rénale. Étant donné qu’un apport excessif en protéines détériore la fonction rénale, on pense généralement que les patients atteints d’une maladie rénale chronique, y compris les transplantés rénaux, devraient limiter leur consommation de protéines pour protéger leurs reins. D’un autre côté, il a été suggéré qu’une restriction protéique sévère peut aggraver la sarcopénie et affecter négativement le pronostic.

Puisque la nutrition et la thérapie par l’exercice sont recommandées pour améliorer la sarcopénie, l’apport en protéines est soupçonné d’être lié à la récupération de la masse musculaire squelettique après une transplantation rénale. Cependant, peu d’études ont examiné la relation entre la masse musculaire squelettique et l’apport en protéines chez les transplantés rénaux.

Pour combler cette lacune, le groupe de recherche dirigé par le Dr Akihiro Kosoku, le Dr Tomoaki Iwai et le professeur Junji Uchida du département d’urologie de la Graduate School of Medicine de l’Université métropolitaine d’Osaka a étudié la relation entre les changements de la masse musculaire squelettique – mesurée par analyse de l’impédance bioélectrique – et l’apport en protéines, estimé à partir des urines recueillies auprès de 64 transplantés rénaux 12 mois après la transplantation. Les résultats ont montré que les changements de la masse musculaire squelettique au cours de cette période étaient positivement corrélés à l’apport en protéines, et qu’un apport insuffisant en protéines entraînait une diminution de la masse musculaire.

Le Dr Iwai et le Dr Kosoku ont commenté : « Pour améliorer l’espérance de vie des transplantés rénaux, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour clarifier l’apport optimal en protéines afin de prévenir la détérioration de la fonction rénale ou la sarcopénie. Nous espérons que les conseils nutritionnels, y compris l’apport en protéines, permettront d’améliorer l’espérance de vie et le pronostic. »

Source :https://www.upc-osaka.ac.jp/new-univ/en-research/news/220916/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *