Espresso, latte ou déca ? Le code génétique détermine votre envie de café

Que vous ayez envie d’une forte dose de caféine ou que vous préfériez la mousse d’un cappuccino au lait, votre commande régulière de café pourrait en dire plus que vous ne le pensez sur votre santé cardiovasculaire.

Dans une étude inédite menée auprès de 390 435 personnes, des chercheurs de l’Université d’Australie du Sud ont trouvé des preuves génétiques de l’influence de la consommation de café sur la santé cardiovasculaire (pression artérielle et fréquence cardiaque).

Menée en partenariat avec le SAHMRI, l’équipe a constaté que les personnes souffrant d’hypertension, d’angine de poitrine et d’arythmie étaient plus susceptibles de boire moins de café, du café décaféiné ou d’éviter complètement le café que les personnes ne présentant pas ces symptômes, et que ce phénomène était dû à la génétique.

La chercheuse principale et directrice de l’Australian Centre for Precision Health de l’UniSA, le professeur Elina Hyppönen, estime qu’il s’agit d’une découverte positive qui montre que notre génétique régule activement la quantité de café que nous buvons et nous protège contre une consommation excessive.

« Les gens boivent du café pour toutes sortes de raisons : pour se remonter le moral quand ils se sentent fatigués, parce qu’il a bon goût, ou simplement parce qu’il fait partie de leur routine quotidienne », explique le professeur Hyppönen.

« Mais ce que nous ignorons, c’est que les gens autorégulent inconsciemment des niveaux de caféine sûrs en fonction du niveau de leur tension artérielle, ce qui est probablement le résultat d’un mécanisme génétique protecteur.

« Cela signifie qu’une personne qui boit beaucoup de café est probablement génétiquement plus tolérante à la caféine qu’une personne qui en boit très peu.

« À l’inverse, une personne qui ne boit pas de café, ou qui boit du café décaféiné, est probablement plus sujette aux effets indésirables de la caféine, et plus susceptible de souffrir d’hypertension artérielle. »

En Australie, un homme sur quatre et une femme sur cinq souffrent d’hypertension artérielle, cette affection étant un facteur de risque pour de nombreux problèmes de santé chroniques, notamment les accidents vasculaires cérébraux, l’insuffisance cardiaque et les maladies rénales chroniques.

À l’aide des données de la UK Biobank, les chercheurs ont examiné la consommation habituelle de café de 390 435 personnes, en la comparant avec les niveaux de base de la pression artérielle systolique et diastolique, ainsi qu’avec la fréquence cardiaque de base. Les relations de cause à effet ont été déterminées par randomisation mendélienne.

Selon le professeur Hyppönen, la quantité de café que nous buvons est susceptible d’être un indicateur de notre santé cardiovasculaire.

« Que nous buvions beaucoup de café, un peu ou que nous évitions complètement la caféine, cette étude montre que la génétique guide nos décisions pour protéger notre santé cardiaque », explique le professeur Hyppönen.

« Si votre corps vous dit de ne pas boire cette tasse de café supplémentaire, il y a probablement une raison à cela. Écoutez votre corps, il est plus à l’écoute de votre santé que vous ne le pensez. »

Source :https://unisa.edu.au/Media-Centre/Releases/2021/espresso-latte-or-decaf–genetic-code-drives-your-desire-for-coffee/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *