Epigénétique, inflammation et maladie parodontale

L’objectif est de fournir les connaissances actuelles et les développements récents et la compréhension de la dysbiose parodontale dans la perspective des changements épigénétiques.

Les changements épigénétiques, où les facteurs environnementaux modifient le réseau d’expression des gènes sans changer la séquence d’ADN, peuvent influencer des maladies inflammatoires telles que la parodontite chronique. Ces modifications chimiques de l’ADN et des protéines histones provoquent des modifications épigénétiques qui altèrent la fonction cellulaire et les défenses de l’hôte.
Les résultats suggèrent que la méthylation des résidus de cytosine sur l’ADN, en particulier aux îles CpG, est généralement associée au silençage génique, et que les modifications covalentes sur les histones sont associées à l’intégrité structurelle et à la fonction de la chromatine qui jouent un rôle crucial dans l’expression des gènes. Dans la dysbiose parodontale immunitaire, une méthylation aberrante de l’ADN et / ou des modifications de l’histone pourraient potentiellement jouer un rôle dans l’état pathologique.
Nous discutons globalement des modifications épigénétiques liées à la régulation immunitaire et des développements récents dans la dynamique des modifications épigénétiques relatives à la maladie parodontale inflammatoire chronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *