Des habitudes saines pour un cœur sain : Une nouvelle étude établit un lien entre l’alimentation, l’exercice physique et la réduction du risque de maladie cardiaque

Une étude récente menée par des chercheurs de l’Ohio State University a révélé qu’une alimentation saine et une activité physique régulière peuvent entraîner une perte de poids, ce qui réduit le risque de maladie cardiaque, alors que sauter des repas et prendre des pilules amaigrissantes sur ordonnance n’a que peu d’impact sur la perte de poids ou peut même conduire à une prise de poids. L’étude a analysé les données de plus de 20 000 adultes aux États-Unis et a comparé les stratégies de perte de poids dans le contexte de la liste de contrôle « Life’s Essential 8 » de l’American Heart Association, qui promeut la réduction du risque de maladie cardiaque en recommandant des mesures pour le poids corporel, la tension artérielle, le cholestérol, la glycémie, le tabagisme, l’activité physique, l’alimentation et le sommeil.

L’étude a révélé que la perte de 5 % du poids corporel, « cliniquement significative », n’a pas éliminé les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires pour de nombreux participants de l’échantillon. En fait, le score composite moyen pour huit facteurs de risque de maladie cardiaque était le même pour l’ensemble de la population étudiée, indépendamment des changements de poids signalés. Les chercheurs ont noté que les adultes américains avaient un score moyen de 60 sur 100 pour les huit mesures, ce qui indique qu’il y a une marge d’amélioration considérable, même chez les personnes qui ont apporté des changements positifs à leur régime alimentaire et à leurs habitudes en matière d’exercice physique.

L’étude souligne également que les personnes qui n’ont pas perdu au moins 5 % de leur poids ont déclaré avoir utilisé des stratégies de perte de poids non fondées sur des preuves, telles que sauter des repas ou prendre des pilules amaigrissantes sur ordonnance, qui ne sont pas viables et ne conduisent pas à une perte de poids à long terme. L’auteur principal de l’étude, Colleen Spees, note qu’un changement de paradigme vers la prévention est nécessaire pour lutter contre les taux croissants d’obésité et de maladies cardiaques aux États-Unis.

Colleen Spees suggère que la prescription de visites régulières auprès de diététiciens formés au changement de comportement, assortie d’un remboursement par l’assurance, pourrait constituer une stratégie efficace pour promouvoir une santé optimale tout au long de la vie, depuis la grossesse jusqu’à l’âge adulte. Cette approche pourrait permettre de passer du traitement des maladies à leur prévention, ce qui est essentiel pour la santé à long terme de la population.

Les résultats de l’étude soulignent l’importance d’adopter un mode de vie sain pour réduire le risque de maladie cardiaque et améliorer l’état de santé général. La liste de contrôle « Life’s Essential 8 » de l’American Heart Association constitue un outil utile pour surveiller et améliorer sa santé cardiovasculaire en adoptant les comportements recommandés, tels qu’une alimentation saine, une activité physique régulière, un sommeil suffisant et l’absence de tabagisme. En apportant des changements mineurs et durables à leur mode de vie, les individus peuvent améliorer de manière significative leur santé et réduire leur risque de maladies chroniques telles que les maladies cardiaques.

Source : https://news.osu.edu/behavior-patterns-of-people-who-achieve-clinically-significant-weight-loss/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *