Des chercheurs identifient les cellules du cerveau qui stimulent l’appétit en cas d’obésité

Une équipe du Garvan Institute of Medical Research a découvert un groupe de cellules cérébrales qui stimule l’appétit en cas de surplus prolongé d’énergie dans le corps, comme l’accumulation excessive de graisse dans l’obésité.

Les chercheurs ont découvert que ces cellules ne produisaient pas seulement la molécule NPY stimulant l’appétit, mais qu’elles rendaient en fait le cerveau plus sensible à cette molécule, ce qui stimule encore plus l’appétit.

« Ces cellules déclenchent des changements dans le cerveau qui le rendent plus sensible à des niveaux même faibles de NPY lorsqu’il y a un surplus d’énergie dans le corps sous forme d’excès de graisse, ce qui stimule l’appétit en cas d’obésité », explique le professeur Herbert Herzog, auteur principal de l’étude et chercheur invité à Garvan.

« Notre étude répond à une question de longue date sur la manière dont l’appétit est contrôlé en cas d’obésité et pourrait donner une nouvelle orientation au développement d’une thérapie ».

La recherche a été publiée dans la revue Cell Metabolism.

La découverte d’un cercle vicieux

L’obésité est un problème majeur de santé publique et une maladie qui touche plus d’un adulte sur dix et augmente le risque de développer d’autres maladies chroniques, telles que le diabète ou les maladies cardiaques. Si de nombreux facteurs peuvent influencer le développement de l’obésité – une accumulation excessive de tissu adipeux dans le corps – les habitudes alimentaires et le niveau d’activité physique sont des facteurs clés.

« Notre cerveau possède des mécanismes complexes qui détectent la quantité d’énergie stockée dans notre corps et ajustent notre appétit en conséquence. Il le fait notamment par l’intermédiaire de la molécule NPY, que le cerveau produit naturellement en réponse à des stress, tels que la faim, pour stimuler l’appétit », explique le professeur Herzog.

« Lorsque l’énergie que nous consommons est inférieure à celle que nous dépensons, notre cerveau produit des niveaux plus élevés de NPY. Lorsque notre apport énergétique dépasse nos dépenses, les niveaux de NPY diminuent et nous avons moins faim. Cependant, en cas de surplus énergétique prolongé, comme l’excès de graisse corporelle dans l’obésité, le NPY continue à stimuler l’appétit, même à de faibles niveaux. Nous voulions comprendre pourquoi.

Dans des modèles murins d’obésité, les chercheurs ont étudié les cellules du cerveau appelées neurones qui produisent du NPY et ont découvert qu’étonnamment, 15 % d’entre elles étaient différentes : elles n’arrêtaient pas la production de NPY en cas d’obésité.

« Nous avons constaté que dans des conditions d’obésité, l’appétit était principalement alimenté par le NPY produit par ce sous-ensemble de neurones. Ces cellules ne se contentaient pas de produire du NPY, elles sensibilisaient également d’autres parties du cerveau à la production de récepteurs supplémentaires ou de « stations d’accueil » pour la molécule, ce qui stimulait encore plus l’appétit », explique le professeur Herzog.

« Ce que nous avons découvert est un cercle vicieux qui perturbe la capacité de l’organisme à équilibrer l’apport énergétique et le stockage de l’énergie et qui favorise le développement de l’obésité.

Câblé pour résister à la perte de poids

« Notre cerveau est câblé pour résister au manque d’énergie ou à la perte de poids, car il y voit une menace pour notre survie et déclenche des mécanismes qui augmentent notre appétit afin que nous recherchions de la nourriture. Comme nous l’avons découvert aujourd’hui, cela se produit même lorsque nous avons un excès d’énergie stocké dans le corps », explique le professeur Herzog.

Les chercheurs affirment que leur découverte ouvre la possibilité de bloquer les récepteurs supplémentaires de NPY, plus sensibles, comme nouvelle approche pour développer des médicaments contre l’obésité.

« Notre découverte nous aide à mieux comprendre les mécanismes cérébraux qui interfèrent avec un métabolisme énergétique équilibré et la manière dont ils peuvent être ciblés pour améliorer la santé », déclare le professeur Herzog.

Source : https://www.garvan.org.au/news-events/news/researchers-pinpoint-brain-cells-that-drive-appetite-in-obesity

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *