Comment les cellules T régulatrices boostent la santé musculaire et immunitaire

Comment nos muscles réagissent-ils au niveau moléculaire à l’exercice physique ? Des chercheurs du Helmholtz Munich et de l’Institut allemand de nutrition humaine de Potsdam-Rehbrücke (DIfE) ont élucidé les bases cellulaires et les voies de signalisation responsables de l’impact positif de l’activité physique sur notre santé générale. Les cellules T régulatrices, un type de cellule immunitaire, jouent un rôle essentiel dans le bon fonctionnement des muscles. Ces nouvelles connaissances ouvrent la voie à des médicaments de précision ciblant les troubles métaboliques tels que l’obésité et le diabète, ainsi que les maladies liées aux muscles. Leurs découvertes sont publiées dans Cell Metabolism.

L’obésité et le diabète de type 2 constituent une menace croissante pour la santé mondiale. La suralimentation et l’inactivité physique contribuent au développement de ces maladies. L’exercice physique n’est pas seulement efficace pour prévenir les maladies, il offre également de nombreux avantages pour la santé, notamment en améliorant le système immunitaire. Des chercheurs du Centre allemand du diabète (DZD) à Helmholtz Munich et de l’Institut allemand de nutrition humaine de Potsdam-Rehbrücke (DIfE) ont révélé de nouvelles connaissances sur les interconnexions entre l’exercice, la fonction musculaire et le système immunitaire. Ces nouvelles découvertes peuvent non seulement profiter aux personnes souffrant d’obésité ou de diabète de type 2 qui cherchent à améliorer leur santé par l’exercice ou aux patients souffrant de maladies liées aux muscles, mais aussi aux athlètes professionnels. Il est important de noter qu’une meilleure compréhension de la diaphonie entre le système immunitaire et les muscles peut contribuer au développement futur de thérapies immunitaires de précision pour le diabète et d’autres complications.

Les cellules T régulatrices assurent le bon fonctionnement des muscles

Bien que les effets bénéfiques de l’entraînement physique sur la santé métabolique et le système immunitaire soient connus de tous, les mécanismes exacts par lesquels l’activité physique affecte les cellules immunitaires musculaires restaient inconnus jusqu’à présent. L’équipe de chercheurs a élucidé les mécanismes moléculaires par lesquels un sous-ensemble spécialisé de cellules immunitaires du corps humain, les cellules T régulatrices (Tregs), contrôlent la diaphonie musculaire à l’état stable, en réponse à l’exercice, ainsi qu’en cas de lésion musculaire. Pendant l’exercice, des Tregs hautement fonctionnels peuvent être trouvés dans les muscles, ce qui est important pour le bon fonctionnement, la régénération et la réparation des muscles.

En manipulant les Tregs de multiples façons, les auteurs découvrent leur rôle central dans la régulation de la fonction, de la force et de la réparation musculaires après une blessure. L’équipe de recherche identifie un médiateur essentiel de ces effets. Une voie de signalisation impliquée dans la réponse immunitaire et dans divers autres processus physiologiques, le récepteur de l’interleukine-6 (IL6) sur les cellules T, est essentielle à la fonctionnalité des Tregs. L’IL6R doit être présent à la surface des cellules T pour que le contrôle de la fonction musculaire par les Treg soit possible.

Ces nouvelles découvertes peuvent également offrir une explication mécaniste possible de la raison pour laquelle le traitement anti-inflammatoire ciblant l’IL6R a été associé au développement d’une faiblesse musculaire en tant qu’effet secondaire dans la clinique. En conclusion, ces nouvelles découvertes soulignent l’importance de disséquer la diaphonie entre le système immunitaire et le métabolisme dans des conditions telles que le diabète et l’obésité. Ces connaissances seront cruciales pour développer à l’avenir des médicaments de précision ciblant les Tregs dans des niches et des contextes distincts.

Source : https://www.helmholtz-munich.de/en/newsroom/news-all/artikel/exercise-and-muscle-regulation-implications-for-diabetes-and-obesity

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *