Comment le stress chronique pousse le cerveau à rechercher des aliments réconfortants

Lorsque vous êtes stressé, un en-cas riche en calories peut vous sembler réconfortant. Mais cette combinaison présente un inconvénient pour la santé. Selon des scientifiques de Sydney, le stress associé à des aliments « réconfortants » riches en calories entraîne des changements dans le cerveau qui poussent à manger davantage, renforcent les envies d’aliments sucrés et très appétissants et conduisent à une prise de poids excessive.

Une équipe du Garvan Institute of Medical Research a découvert que le stress annulait la réponse naturelle du cerveau à la satiété, entraînant des signaux de récompense ininterrompus qui favorisent la consommation d’aliments plus appétissants. Ce phénomène s’est produit dans une partie du cerveau appelée habénula latérale, qui, lorsqu’elle est activée, atténue habituellement ces signaux de récompense.

« Nos résultats révèlent que le stress peut neutraliser une réaction cérébrale naturelle qui diminue le plaisir de manger – ce qui signifie que le cerveau est continuellement récompensé pour manger », déclare le professeur Herzog, auteur principal de l’étude et chercheur invité à l’Institut Garvan.

« Nous avons montré que le stress chronique, associé à un régime hypercalorique, peut entraîner une consommation de plus en plus importante de nourriture ainsi qu’une préférence pour les aliments sucrés et très appétissants, favorisant ainsi la prise de poids et l’obésité. Cette étude souligne à quel point une alimentation saine est cruciale en période de stress ».

La recherche a été publiée dans la revue Neuron.

Du cerveau stressé à la prise de poids

Si certaines personnes mangent moins en période de stress, la plupart d’entre elles mangent plus que d’habitude et choisissent des aliments riches en calories, en sucre et en graisse.

Pour comprendre ce qui motive ces habitudes alimentaires, l’équipe a étudié sur des modèles de souris comment différentes zones du cerveau réagissaient au stress chronique dans le cadre de différents régimes.

« Nous avons découvert qu’une zone appelée habénula latérale, qui est normalement impliquée dans la désactivation de la réponse de récompense du cerveau, était active chez les souris soumises à un régime riche en graisses à court terme pour protéger l’animal contre la suralimentation. Cependant, lorsque les souris étaient soumises à un stress chronique, cette partie du cerveau restait silencieuse, ce qui permettait aux signaux de récompense de rester actifs et d’encourager l’alimentation pour le plaisir, sans plus répondre aux signaux de régulation de la satiété », explique le premier auteur, le Dr Kenny Chi Kin Ip, de l’Institut Garvan.

« Nous avons constaté que les souris stressées soumises à un régime riche en graisses prenaient deux fois plus de poids que les souris soumises au même régime mais qui n’étaient pas stressées.

Les chercheurs ont découvert que la molécule NPY, que le cerveau produit naturellement en réponse au stress, était au cœur de la prise de poids. Lorsque les chercheurs ont empêché le NPY d’activer les cellules cérébrales de l’habénula latérale chez des souris stressées soumises à un régime riche en graisses, les souris ont consommé moins d’aliments de confort, ce qui a entraîné une prise de poids moins importante.

La consommation d’aliments réconfortants

Les chercheurs ont ensuite effectué un « test de préférence au sucralose », permettant aux souris de choisir de boire soit de l’eau, soit de l’eau artificiellement sucrée.

« Les souris stressées soumises à un régime riche en graisses ont consommé trois fois plus de sucralose que les souris soumises uniquement à un régime riche en graisses, ce qui suggère que le stress n’active pas seulement une plus grande récompense lors de l’alimentation, mais qu’il stimule spécifiquement l’envie d’aliments sucrés et appétissants », explique le professeur Herzog.

« Il est important de noter que cette préférence pour l’eau sucrée n’a pas été observée chez les souris stressées qui suivaient un régime alimentaire normal.

Le stress perturbe l’équilibre énergétique

« Dans les situations de stress, il est facile de dépenser beaucoup d’énergie et le sentiment de récompense peut vous calmer – c’est à ce moment-là qu’un apport d’énergie par la nourriture est utile. Mais lorsqu’il est vécu sur de longues périodes, le stress semble modifier l’équation, entraînant une alimentation néfaste pour l’organisme à long terme », explique le professeur Herzog.

Les chercheurs affirment que leurs résultats identifient le stress comme un régulateur essentiel des habitudes alimentaires qui peut outrepasser la capacité naturelle du cerveau à équilibrer les besoins énergétiques.

« Cette étude souligne à quel point le stress peut compromettre un métabolisme énergétique sain », déclare le professeur Herzog. « Elle nous rappelle qu’il faut éviter un mode de vie stressant et, surtout, que si l’on est confronté à un stress de longue durée, il faut essayer d’avoir une alimentation saine et de se débarrasser de la malbouffe.

Source : https://www.garvan.org.au/news-events/news/how-chronic-stress-drives-the-brain-to-crave-comfort-food

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *