Caractéristiques d’un régime de longévité

L’examen d’un éventail de recherches allant d’études sur des animaux de laboratoire à des recherches épidémiologiques sur des populations humaines permet aux scientifiques de se faire une idée plus précise du type d’alimentation qui offre les meilleures chances de vivre plus longtemps et en meilleure santé, a déclaré Valter Longo, professeur à l’USC Leonard Davis School of Gerontology.

Dans un article comprenant une revue de la littérature publié le 28 avril dans Cell, Longo et sa co-auteure Rozalyn Anderson de l’Université du Wisconsin décrivent le « régime de longévité », une approche à plusieurs piliers basée sur des études de divers aspects de l’alimentation, de la composition des aliments et de l’apport calorique à la durée et à la fréquence des périodes de jeûne.

« Nous avons exploré le lien entre les nutriments, le jeûne, les gènes et la longévité chez les espèces à courte durée de vie, et nous avons relié ces liens à des études cliniques et épidémiologiques chez les primates et les humains, y compris les centenaires », a déclaré Longo. « En adoptant une approche multi-systèmes et multi-piliers basée sur plus d’un siècle de recherche, nous pouvons commencer à définir un régime de longévité qui représente une base solide pour la recommandation nutritionnelle et pour les recherches futures. »

Quoi — et quand — manger pour la longévité

Longo et Anderson ont examiné des centaines d’études sur la nutrition, les maladies et la longévité chez les animaux de laboratoire et les humains et les ont combinées avec leurs propres études sur les nutriments et le vieillissement. L’analyse a porté sur des régimes populaires tels que la restriction des calories totales, le régime cétogène riche en graisses et pauvre en glucides, les régimes végétariens et végétaliens, et le régime méditerranéen.

L’article comprenait également un examen des différentes formes de jeûne, y compris un régime à court terme qui imite la réponse du corps au jeûne, le jeûne intermittent (fréquent et à court terme) et le jeûne périodique (deux jours ou plus de jeûne ou de régimes imitant le jeûne plus de deux fois par mois). En plus d’examiner les données sur la durée de vie provenant d’études épidémiologiques, l’équipe a relié ces études à des facteurs alimentaires spécifiques affectant plusieurs voies génétiques régulant la longévité, partagées par les animaux et les humains, qui affectent également les marqueurs de risque de maladie, notamment les niveaux d’insuline, de protéine C-réactive, de facteur de croissance 1 analogue à l’insuline et de cholestérol.

Selon les auteurs, les principales caractéristiques du régime optimal semblent être un apport modéré à élevé en glucides provenant de sources non raffinées, un apport faible mais suffisant en protéines provenant essentiellement de sources végétales et suffisamment de graisses végétales pour couvrir environ 30 % des besoins énergétiques. Idéalement, les repas de la journée devraient tous être pris dans une fenêtre de 11 à 12 heures, ce qui permettrait une période quotidienne de jeûne. Un cycle de 5 jours de jeûne ou de régime imitant le jeûne tous les 3 à 4 mois pourrait également contribuer à réduire la résistance à l’insuline, la pression artérielle et d’autres facteurs de risque chez les personnes présentant des risques accrus de maladie, a ajouté M. Longo.

Il a décrit ce à quoi pourrait ressembler une alimentation axée sur la longévité dans la vie réelle : « Beaucoup de légumineuses, de céréales complètes et de légumes ; un peu de poisson ; pas de viande rouge ni de viande transformée et très peu de viande blanche ; peu de sucre et de céréales raffinées ; de bonnes quantités de noix et d’huile d’olive, et un peu de chocolat noir. »

L’avenir du régime de longévité

La prochaine étape de la recherche sur le régime de longévité sera une étude portant sur 500 personnes qui se déroulera dans le sud de l’Italie, a déclaré Longo. Le régime de longévité présente à la fois des similitudes et des différences avec les régimes de style méditerranéen souvent observés dans les « zones bleues » de super-vieillissement, notamment la Sardaigne, en Italie, Okinawa, au Japon, et Loma Linda, en Californie. Les régimes courants dans ces communautés connues pour leur nombre élevé de personnes âgées de 100 ans ou plus sont souvent à base de plantes ou de poisson et sont relativement pauvres en protéines. Mais le régime de longévité représente une évolution de ces « régimes centenaires », a expliqué Longo, citant la recommandation de limiter la consommation de nourriture à 12 heures par jour et d’avoir plusieurs courtes périodes de jeûne chaque année.

Outre les caractéristiques générales, le régime de longévité doit être adapté aux individus en fonction du sexe, de l’âge, de l’état de santé et de la génétique, a noté Longo. Par exemple, les personnes âgées de plus de 65 ans peuvent avoir besoin d’augmenter la quantité de protéines afin de contrer la fragilité et la perte de masse corporelle maigre, car les études de Longo ont montré que des quantités plus élevées de protéines étaient préférables pour les personnes âgées de plus de 65 ans, mais pas optimales pour celles de moins de 65 ans, a-t-il ajouté.

Pour les personnes qui cherchent à optimiser leur régime alimentaire en vue de la longévité, il est important, selon lui, de travailler avec un prestataire de soins de santé spécialisé dans la nutrition pour personnaliser un plan axé sur de petits changements qui peuvent être adoptés à vie, plutôt que de grands changements qui entraîneront une perte importante et préjudiciable de graisse corporelle et de masse maigre, suivie d’une reprise de la graisse perdue, une fois que la personne aura abandonné le régime très restrictif.

« Le régime de longévité n’est pas une restriction alimentaire destinée à provoquer uniquement une perte de poids, mais un mode de vie axé sur le ralentissement du vieillissement, qui peut compléter les soins de santé standard et, pris comme une mesure préventive, contribuera à éviter la morbidité et à maintenir la santé jusqu’à un âge avancé », a-t-il déclaré.

Source :https://gero.usc.edu/2022/04/28/valter-longo-longevity-diet/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *