Cancer de la Prostate : Impact d’un Régime Pauvre en Protéines Pendant la Grossesse

Une étude récente menée par des chercheurs de l’Université d’État de São Paulo met en lumière la connexion complexe entre la nutrition maternelle pendant la grossesse et le risque accru de cancer de la prostate chez la descendance. Les expériences, menées sur des rats, ont révélé des altérations significatives de l’expression génique, fournissant des informations précieuses sur les voies moléculaires affectées par un régime pauvre en protéines pendant la gestation et la lactation.

Privation de protéines et expression génique :
L’étude, soutenue par la Fondation de recherche de São Paulo (FAPESP), a révélé qu’un manque de protéines pendant le développement embryonnaire et les deux premières années après la naissance entraînait une dérégulation de plus de 700 gènes chez la descendance. Parmi ces gènes, ABCG1, associé au cancer de la prostate, se distinguait. Le professeur Luis Antônio Justulin Junior, qui a dirigé la recherche, a souligné que cette découverte élargit notre compréhension de la manière dont la nutrition maternelle influence la trajectoire de développement de la descendance.

MicroRNA-206 et déséquilibre hormonal :
Une enquête ultérieure a exploré la corrélation entre un régime restreint en protéines et la dérégulation du microRNA-206 (miR-206), un type spécifique d’ARN. L’étude a révélé que la dérégulation de miR-206 était corrélée à une augmentation précoce des niveaux d’œstrogène, un facteur lié à un risque accru de cancer de la prostate. Les résultats soulignent le rôle crucial de l’alimentation et des stades de développement précoce dans la susceptibilité individuelle aux problèmes de santé.

Épigénétique et origines développementales de la santé et de la maladie (DOHaD) :
La recherche s’inscrit dans le champ plus large des origines développementales de la santé et de la maladie (DOHaD), explorant l’impact des interactions gène-environnement pendant les premiers stades de la vie sur le risque à vie de maladies chroniques non transmissibles. L’étude met l’accent sur l’influence durable de la santé maternelle sur la descendance et s’aligne avec le concept d’épigénétique, où des changements réversibles dans l’expression génique surviennent sans altérer les séquences d’ADN.

Déséquilibre hormonal et risque de cancer de la prostate :
Les résultats de l’étude ont mis en évidence un déséquilibre hormonal observé chez la descendance de rats soumis à une malnutrition maternelle. Des niveaux élevés d’œstrogène, associés à des différences dans le développement glandulaire et la croissance, ont été identifiés. Ce déséquilibre hormonal est fortement lié au développement du cancer de la prostate chez les humains, soulignant la pertinence de ces résultats pour la compréhension de la santé humaine.

Signification et implications futures :
La recherche améliore non seulement notre compréhension des mécanismes moléculaires liant la malnutrition maternelle au risque de cancer de la prostate, mais suggère également des cibles potentielles d’intervention. L’identification de gènes spécifiques, tels que ABCG1, en tant que « gènes DOHaD » potentiels associés à des perturbations dans le développement de la prostate, ouvre des voies pour des explorations plus poussées dans les stratégies préventives et thérapeutiques.

Conclusion :
Cette recherche révolutionnaire menée à l’Université d’État de São Paulo dévoile la connexion complexe entre la nutrition maternelle, l’expression génique et le risque accru de cancer de la prostate chez la descendance. Les résultats soulignent l’importance d’une alimentation équilibrée pendant la grossesse et les premières années de vie, contribuant à l’accumulation des connaissances dans le domaine des origines développementales de la santé et de la maladie. Les idées de l’étude pourraient ouvrir la voie à des interventions ciblées pour atténuer les risques pour la santé à long terme associés à une nutrition inadéquate pendant les périodes de développement critiques.

Source : https://www.nature.com/articles/s41598-023-46068-1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *