Au-delà de l’IMC : Comprendre la complexité de la santé métabolique

Lorsqu’il s’agit de mesurer la santé globale, l’indice de masse corporelle (IMC) a longtemps été la mesure de référence. Cependant, une recherche révolutionnaire présentée à ENDO 2023, la réunion annuelle de l’Endocrine Society, remet en question la notion selon laquelle l’IMC constitue à lui seul une mesure complète de la santé métabolique. L’étude révèle qu’un nombre important d’adultes américains ayant un IMC normal souffrent en réalité d’obésité, ce qui souligne l’importance de prendre en compte des facteurs tels que le pourcentage et la répartition de la graisse corporelle. Dans cet article de blog, nous nous penchons sur les résultats de cette recherche et en explorons les implications pour la compréhension des facteurs de maladies cardio-métaboliques.

Au-delà de l’IMC : dévoiler la complexité :

Le Dr Aayush Visaria et son équipe de la Rutgers Robert Wood Johnson Medical School ont analysé les données de la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) de 2011 à 2018. Les chercheurs se sont concentrés sur les adultes non enceintes âgés de 20 à 59 ans et ont examiné les données des scanners DEXA du corps entier pour évaluer la composition corporelle. En classant les individus en fonction de leur IMC et de leur origine ethnique, l’étude visait à mettre en évidence la relation entre l’IMC, le pourcentage de graisse corporelle (BF%) et la race.

Mise en lumière des disparités raciales :

Un aspect crucial de cette étude est l’identification des différences raciales/ethniques en matière de graisse corporelle, d’IMC et de répartition de la graisse corporelle. Ces différences peuvent jouer un rôle dans la compréhension des disparités raciales observées dans les maladies cardio-métaboliques. Les chercheurs ont constaté que parmi les adultes ayant un IMC normal, une proportion significative d’entre eux présentait encore une obésité d’après le pourcentage de graisse corporelle. Ce phénomène était particulièrement marqué chez les Américains d’origine asiatique et les Hispaniques. En outre, l’étude a révélé des variations dans les rapports entre la graisse androïde et la graisse gynoïde, différents groupes ethniques présentant des profils distincts.

Réimaginer les pratiques de soins de santé :

Les implications de cette recherche vont au-delà de la compréhension scientifique et s’étendent aux soins cliniques. Le Dr Visaria souligne l’importance d’adopter une approche des soins aux patients qui tienne compte du poids. Les recommandations suivantes découlent de l’étude :

Mesures supplémentaires : En plus de l’IMC, les cliniciens devraient envisager d’utiliser des mesures supplémentaires telles que le tour de taille ou les mesures de la graisse corporelle basées sur la bioimpédance (par exemple, les balances intelligentes) afin d’obtenir une compréhension plus complète de la composition corporelle.

Tenir compte des préjugés : les professionnels de la santé doivent être conscients des préjugés inconscients qui peuvent survenir lorsqu’ils s’occupent de patients présentant un IMC obèse. L’adoption d’une approche holistique axée sur la composition corporelle globale et la répartition des graisses peut aider à surmonter ces préjugés et à fournir des évaluations plus précises.

Prise de décision éclairée : S’appuyer uniquement sur les calculs de l’IMC pour prendre des décisions cliniques peut conduire à des évaluations incomplètes. L’intégration de la connaissance de la composition corporelle et de la répartition des graisses peut permettre une compréhension plus nuancée de la santé métabolique.

Conclusion :

Les limites de l’IMC en tant que seule mesure de la santé métabolique deviennent évidentes grâce à cette recherche novatrice. Il est essentiel de comprendre la complexité du pourcentage et de la répartition de la graisse corporelle pour identifier les individus présentant un risque de maladies cardio-métaboliques. En adoptant des mesures complémentaires et en tenant compte de la composition corporelle globale, les professionnels de la santé peuvent fournir des soins plus précis et plus complets. Cette étude rappelle que des approches globales de l’évaluation de la santé sont essentielles pour promouvoir le bien-être et réduire les disparités en matière de santé.

Source : https://www.endocrine.org/news-and-advocacy/news-room/2023/endo-2023-press-visaria

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *